Accéder au contenu principal

Dark Net : le marché noir des cybercriminels



Par Benoît Grunemwald, directeur des Opérations - ESET France

Tout comme le crime, les cybermenaces ont souvent une finalité financière. Désormais, ce type d’activité se mène autant dans le réel que dans le virtuel, dans des endroits souvent discrets, à l'abri des autorités policières. Nommée Dark Net ou plus largement Deep Web, cette partie cachée de l’Internet est source de rumeurs et d’incompréhensions. Les chercheurs ESET, qui connaissent bien ces univers parallèles, collaborent régulièrement avec les organisations internationales telles qu’Europol, en leur fournissant toute information ou recherche leur permettant de les faire avancer dans leurs enquêtes.

Quelle différence entre le Deep Web et le Dark Net

Le Deep Web forme un ensemble de pages Internet non indexées par les moteurs de recherche classiques. Les pages non répertoriées peuvent correspondre à des formats particuliers difficiles à intégrer aux fonctions des moteurs de recherche, ou à des sites volontairement cachés, mais qui ne sont pas forcément illégaux. Certaines pages sont protégées par des mots de passe, d'autres sont chiffrées.

Le Dark Net est la partie du Deep Web où se déroulent des activités illégales. C’est pour cette raison que les utilisateurs doivent naviguer discrètement afin d’éviter de se faire repérer. Pour cela, il est nécessaire d’utiliser Tor® et de s’équiper d’un navigateur spécifique (ex° : Tor Browser®).

Comment s’organise le Dark Net ?

Le Dark Net est le lieu où les offreurs rencontrent ceux qui veulent acheter des biens ou services illégaux, dont la monnaie principale est le Bitcoin. L’organisation du cybercrime est similaire à celle d’une entreprise traditionnelle, plusieurs métiers sont nécessaires et complémentaires : les développeurs conçoivent les logiciels malveillants, mais ils ne sont pas pour autant ceux qui vont les exploiter.

En France, au sein de l'underground, les forums, places de marché et autres autoshops (e-boutiques tenues par un seul vendeur) nécessitent pour y accéder une adhésion. Cette adhésion est conditionnée par un score de réputation. Comme dans un gang mafieux, il faut montrer patte blanche grâce à une expérience reconnue par le groupe du forum concerné.

Une fois admis, les membres intègrent un classement toujours en fonction de leurs exploits et de leur notoriété. Les plus haut classés accèdent à des responsabilités d'administrateur de la place de marché ou du forum.

Toutefois, cet univers violent possède ses lois et il n’est pas rare que des luttes et rivalités entre cyber-marchands éclatent. Pour s'autoréguler, les administrateurs du Dark Net tentent d'imposer des règles. Un mur de la honte a même été créé sur certains forums. En effet, les cybercriminels n'hésitent pas à se blacklister entre eux.

Si l'on zoome sur ces espaces particuliers dissimulés sur Internet, on rencontre des environnements propres à certains pays (Japon, Russie, France, Grande-Bretagne...). La langue, la monnaie et les produits proposés participent à cette organisation segmentée via des frontières virtuelles.

L’underground français : un CA de 5 à 12 millions d'euros chaque mois

L’underground français reste relativement modeste avec près de 450 000 cybercriminels toutes compétences confondues. Selon plusieurs experts, dont ceux d'Europol et de la gendarmerie nationale, l'ensemble de ces transactions génèrerait entre 5 et 12 millions d’euros chaque mois en France.

Voici quelques principes de fonctionnement communs à tous les univers underground (forums, places de marché, espaces transactionnels...) :

  • les cybercriminels sont souvent membres de plusieurs places de marché
  • les forums et marchés émergent et disparaissent rapidement par crainte des forces de l'ordre et des conflits entre gangs qui défendent leurs places de marché
  • plus le score de réputation est élevé, plus le cybercriminel est considéré comme étant de confiance
  • les transactions s'effectuent de plus en plus via des tiers qui prennent une commission allant de 5% à 7%, souvent en monnaie Bitcoin
  • les cartes prépayées obtenues avec de faux numéros de mobiles sont très utilisées


Que trouve-t-on sur le Dark Net ?

Selon la police et la gendarmerie françaises, les offres underground sont très structurées au plan tarifaire. Ainsi, au rayon drogues, le cannabis et le hachisch se vendent entre 6€ et 15€ le gramme, selon la qualité et l’origine. Le Dark Net offre quantité de services et produits illégaux : des clés passe-partout, de faux diplômes, des numéros de carte de crédit, de la drogue ou des armes… Mais aussi des trafics d’organes, une notice pour réaliser un attentat, des fichiers pédopornographiques et, ce qui nous intéresse ici, toute sorte de malwares : des ransomwares prêts à l'emploi, des RAT (outil de prise de contrôle à distance), des services botnet, tout comme des RoT[1] (qui devraient constituer l’une des principales menaces en 2017 selon ESET). Des modèles sont déjà proposés sur les places de marché underground.

Une collaboration avec les autorités pour traquer les cybercriminels

ESET collabore depuis de nombreuses années avec des organisations internationales comme Europol. Jean-Ian BOUTIN, expert et chercheur en logiciels malveillants chez ESET, met l'accent sur la récupération de données des serveurs botnet afin de « comprendre d’où viennent les ordres qu’ils reçoivent ». Cette approche se fait en collaboration avec des organisations telles que le FBI, Microsoft, Interpol... « L'idée est de savoir qui se cache derrière les botnets », ajoute Jean-Ian BOUTIN.  En 2017, la collaboration entre les autorités et les éditeurs experts en sécurité informatique est essentielle dans la lutte contre la cybercriminalité.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho