Accéder au contenu principal

Personnalité juridique pour les robots : l'Europe défavorable



Par Antoine Chéron, avocat associé, www.acbm-avocats.com

Depuis maintenant plusieurs années, le secteur de la technologie robotique a été particulièrement marqué par le développement de l’intelligence artificielle. La société des machines dans laquelle nous vivons aujourd’hui semble être à l’aube d’une nouvelle ère, où les robots ne seraient non plus utilisés à des fins purement techniques,  mais seraient dotés d’une véritable intelligence et autonomie, leur permettant de remplacer l’homme dans l’accomplissement de certaines tâches. Plusieurs applications de l’intelligence artificielle ont déjà été pensées, notamment dans les domaines de la production et le commerce mais également dans le transport, les soins médicaux, l’éducation et l’agriculture, avec pour objectif l’amélioration de la vie des peuples et la croissance économique.

Si ces nouvelles avancées technologiques sont le symbole du progrès et de l’avenir, elles apportent également un lot important de risques et de problématiques auxquels il est impératif d’apporter un encadrement et une protection juridique adaptés. En effet, le développement de l’intelligence artificielle soulève nécessairement des questions, en matière d’éthique, de sécurité, mais aussi de respect, de protection et de garantie de nos valeurs, et de nos droits et libertés fondamentaux.

Dans une proposition de résolution contenant des recommandations à la Commission concernant des règles de droit civil sur la robotique (2015/2103 (INL), le Parlement européen s’est prononcé en faveur de la reconnaissance d’une personnalité juridique spéciale pour les robots, pour « qu’au moins les robots autonomes les plus sophistiqués puissent être considérés comme des personnes électroniques dotées de droits et de devoirs bien précis y compris celui de réparer tout dommage causé à un tiers ».

En revanche, dans un avis publié le 31 mai 2017, le Conseil économique social et européen (CESE) s’y est opposé, préférant plutôt une approche « human in command », de l’intelligence artificielle, dans laquelle « les machines restent des machines que les hommes ne cessent jamais de contrôler » comme l’a déclaré la rapporteur Catelijne Muller, ce pour des raisons compréhensibles de développement responsable, sûr et utile de l’intelligence artificielle.

Le CESE avance comme principal argument pour justifier sa position, le fait que les effets correctifs préventifs du droit de la responsabilité civile seraient mis à mal, ce que le Parlement européen avait d’ailleurs déjà remarqué, en notant que « les règles habituelles ne suffiraient pas à établir la responsabilité du robot, puisqu’elles ne permettraient pas de déterminer quelle est la partie responsable pour le versement des dommages et intérêts ni d’exiger de cette partie qu’elle répare les dégâts causés ». Le CESE soutient par ailleurs que la reconnaissance de la personnalité juridique aux robots créerait des risques d’abus et moraux trop importants.

On peut soulever de nombreuses autres difficultés que poserait la reconnaissance d’une personnalité juridique pour les robots.
En effet, bien que reconnus comme sujets de droits, les robots devront nécessairement être représentés et gérés de façon ultime par un être humain. Dès lors, quel serait le mode de désignation de ce représentant ? De plus, la notion de responsable de l’éducation du robot devrait être définie de façon très précise dans l’hypothèse où le robot serait mis à la disposition d’utilisateurs tiers.
La personnalité juridique impliquera la reconnaissance de droits. Un robot peut-il bénéficier de droits patrimoniaux impliquant qu’ils puissent être rémunérés ? Doit-on reconnaître aux robots des droits fondamentaux, similaires à ceux accordés aux personnes morales, tel que la protection des biens, l’accès à la justice, la liberté d’expression, d’entreprendre, ou encore le principe d’égalité.
Enfin, et surtout, se pose la problématique fondamentale de la sécurité. Le CESE distingue la sécurité interne de la sécurité externe. La sécurité interne conduit à se poser la question de savoir si le système d’intelligence artificielle est suffisamment solide pour (continuer à) fonctionner correctement, si l’algorithme est  fiable, efficace. La sécurité externe quant à elle se rapporte plutôt à l’utilisation du système d’intelligence artificielle au sein de la société, aussi bien dans une situation normale, qu’inconnue, critique ou imprévisible.

Autant de questions et d’incertitudes qui ont mené le CESE à se prononcer contre la reconnaissance de la personnalité juridique aux robots, et à émettre une série de propositions.

Ainsi, le CESE propose la création d’un code de déontologie pour le développement, le déploiement et l’utilisation de l’intelligence artificielle, afin que l’exploitation des robots ne porte pas atteinte à la dignité humaine, l’intégrité personnelle, la liberté, le respect de la vie privée, la diversité culturelle et plus largement aux grands principes protecteurs de l’être humain.

Le CESE propose également la mise en place d’un système paneuropéen de normalisation pour la vérification, la validation et le contrôle des systèmes d’intelligence artificielle, avec des normes en matière de sécurité, de transparence, d’intelligibilité, d’obligation de rendre des comptes et de valeurs éthiques, tel qu’il en existe dans les secteurs de l’alimentation et des appareils ménagers.

Enfin, le CESE souhaite la création d’une infrastructure d’intelligence artificielle européenne, composée de cadres d’apprentissage libres et respectueux de la vie privée, d’environnements d’essai en situation réelle et de séries de données de haute qualité pour que le développement et la formation des systèmes d’intelligence artificielle se fassent dans un cadre sûr et adapté.

Bien qu’un robot doté d’intelligence artificielle puisse prendre des décisions et agir de manière indépendante et autonome, il n’en demeure pas moins que cela résulte d’une programmation développée par l’homme. Dès lors, le robot n’existe pas par lui-même. A cela s’ajoute les risques qu’il représente pour l’être humain et la société en général, justifiant la position de la CESE concernant la reconnaissance d’une personnalité juridique aux robots, aussi spécifique soit-elle.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho