Accéder au contenu principal

Vahé Torossian, président de Microsoft France : Le numérique, une chance pour la France



Corporate vice-president chargé des Segments PME et des Partenaires à l’échelle mondiale jusqu’en juillet 2016, Vahé Torossian, a pris depuis cette date la présidence de Microsoft France. Le PDG du géant de Seattle était hier à Toulouse pour rencontrer ses équipes installées dans la Ville rose depuis 25 ans. Interview exclusive réalisée pour La Dépêche.

Quel est le sens de votre visite?
Vahé Torossian : Depuis mon arrivée, je rencontre l’ensemble de notre écosystème, qu’il s’agisse des équipes Microsoft, de partenaires ou de clients, à Paris et sur tout le territoire pour mieux comprendre les enjeux, les problématiques, ce qui est spécifique. J’ai vécu en Asie et aux Etats-Unis, cela me permet de voir les tendances du marché dont on sait qu’elles vont arriver rapidement en France et voir ce que signifie la transformation numérique.

Y a-t-il des spécificités en Occitanie ?
Il y a quatre grands domaines de prédilection. Le premier, c’est en quoi la transformation numérique permet d’améliorer la collaboration entre les employés. Comment la transformation numérique permet d’accélérer mon innovation (mes produits, mes services, mes business models). En quoi la transformation permet de revoir les processus métiers. Enfin, en quoi on améliore la relation clients ou l’expérience des citoyens.

Le 15 juin, Microsoft sort une nouvelle tablette Surface, un ordinateur portable. On ne vous attendait pas fabricant de matériel. C’est nouveau?
Il y a quelques années, on a voulu apporter au PC une forme d’innovation autour du design, de l’expérience utilisateur. On s’est dit qu’on pouvait remettre de l’innovation et aider, au travers de notre ligne Surface, l’ensemble de l’écosystème Windows et nos partenaires. Nous avons lancé le 2 en 1 Surface Pro et Surface Studio avec un grand écran innovant, ce qui nous rapproche des designers industriels, des créateurs, de la presse. Surface Studio a été très bien accueillie à l’étranger et arrive bientôt en France.





Maîtriser le logiciel et le matériel... comme Apple ?
Pas tout à fait. On a une stratégie historique partenariale avec les fabricants de PC. On veut favoriser l’innovation pour le matériel mais on reste complémentaire avec eux.

Dans votre écosystème numérique, il manque finalement la brique smartphone sur laquelle Microsoft a connu un échec. Est-ce un handicap?
C’est une question intéressante ! Microsoft est une société de plateforme et d’applicatif avant tout. Et quand on regarde le nombre d’utilisateurs sur iOS-iPhone ou Android, c’est un marché pour Office ou les applications Microsoft. Depuis l’arrivée de Satya Nadella, il y a eu une ouverture de nos applications sur toutes les plateformes et un investissement dans le cloud qui est l’un des fers de lance de Microsoft.

Amazon Echo, Google Home, Apple HomePod présenté lundi : Microsoft a-t-il aussi en projet une enceinte avec assistant intelligent obéissant à voix ?
L’année 2017 de Microsoft, dans le monde et en France, sera celle où le cloud et l’intelligence artificielle seront au cœur de notre stratégie. Premièrement, nous disposons déjà d’un assistant personnel avec Cortana. Cortana, c’est 144 millions d’utilisateurs sous Windows 10 ; c’est un assistant qui va continuer à évoluer et qui va s’intégrer de plus en plus dans des applications comme Outlook. La seconde partie, c’est l’intégration de Skype translator dans votre environnement de travail Office. Vous pourrez par exemple avoir une vidéoconversation avec un Chinois tout en parlant français et avoir une traduction immédiate. Il est possible dès aujourd’hui d’avoir des conversations avancées en neuf langues. Ensuite, il y a une partie services : reconnaissance vocale et reconnaissance faciale que l’on met à disposition de start-ups et de développeurs. Par exemple aux Etats-Unis, nous avons travaillé avec Uber pour créer une application permettant aux chauffeurs de s’identifier par reconnaissance faciale. Enfin le 4e axe est la démocratisation de l’intelligence artificielle pour le plus grand nombre.

Microsoft est très en avance avec HoloLens, un casque de réalité mixte très prometteur.
C’est l’alliance entre ce que permettent le big data et les algorithmes d’intelligence artificielle. Par exemple, avec HoloLens, on peut imaginer qu’un médecin puisse mieux identifier des tumeurs ; qu’un chirurgien ait une assistance lors d’une opération. Le processus est maintenant très avancé et nous sommes très proches des premières expérimentations dans le domaine de la santé. Mais c’est principalement dans les domaines industriels et de la formation qu’HoloLens prend tout son sens. Nous visons en priorité les professionnels. Nous aurons des opportunités d’aller vers le grand public dans un second temps.



Microsoft est connu pour Windows, sa suite Office. Mais vous avez aussi enrichi votre offre avec une refonde récente de Skype, vous avez lancé Teams un concurrent de Slack, etc. Vous rattrapez votre retard ?
On n'a jamais été en retard et plutôt en avance sur la partie collaborative, mais il est vrai qu'il y a un enrichissement de notre suite Office pour s’inscrire dans les modes d'utilisations les plus modernes. Teams est une application qui facilite le travail en équipe et permet d'avoir une interaction instantanée sans transiger sur la sécurité. Nous favorisons les nouveaux modes de travail collaboratifs recherchés par les jeunes générations dans le cadre de leurs études, dans un contexte privilégié et protégé sans brider la créativité.

Vos logiciels sont beaucoup utilisés en entreprise mais aussi dans l'Education nationale. En 2015, vous avez signé une convention avec le ministère de l'Education nationale qui est critiquée. Des associations, des professeurs estiment que le ministère aurait dû privilégier des logiciels libres plutôt que des logiciels propriétaires. Que répondez-vous à ces critiques ?
Les marchés sont ouverts, libres, tout le monde a le droit de répondre à ces appels d'offres. Au final, on achète Microsoft parce que notre offre répond aux besoins d'une population donnée. Aujourd'hui, quand vous êtes sur le marché de l'emploi, sur un CV, on sait très bien qu'une personne qui maîtrise la suite Office, qui a une certification, a plus de chances de trouver un emploi que quelqu'un qui n'a pas cela. Il n'y a aucun autre but que de répondre à une demande et proposer les meilleurs outils.

Un autre point de critique concerne le contrat open bar que vous aviez avec le ministère de la Défense et qui est arrivé à échéance le 25 mai dernier. Certains estiment qu'au nom de la souveraineté numérique de la France, on ne devrait pas contractualiser avec une entreprise américaine et préférer des logiciels libres. Que répondez-vous à ces critiques ?
Nous répondons à un cahier des charges. Je n’ai pas d’autres commentaires à faire sur ce sujet.

Là où Microsoft est moins critiquée que les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) c'est sur l'optimisation fiscale ou encre la protection des données personnelles.
C’est justement parce que nous avons toujours défendu un positionnement clair en matière de transparence, de sécurité et de protection des données que nous avons annoncé des data centers en France. Nous n’accédons aux données de nos clients que pour délivrer le service attendu par eux. D'autres veulent monétiser les données, ce n'est pas notre cas. Nous avons toujours été clairs sur ce point. D'ailleurs, nous défendons ce point de vue, y compris quand des gouvernements nous demandent d’accéder à des données, et jusque devant la Cour suprême des Etats-Unis. Il n'y a aucune ambiguïté et c'est un élément fort. Cela fait la différence en notre faveur.

Emmanuel Macron a lancé un appel aux start-up américaines pour venir s’installer en France. Qu’en pensez-vous ?
Je trouve qu’il y a vraiment un terreau de créativité en France. Il y a un changement très profond qui est arrivé ces dernières années, avec des jeunes qui sortent d’école d’ingénieurs, de l’université et qui ont plus de projets de création d’entreprise que dans le passé. Les ingénieurs et les start-ups françaises ont pignon sur rue sur la côte ouest des Etats-Unis. Il y a des initiatives à Paris, mais aussi dans votre région, où nous accompagnons 20 start-ups au sein d’IoT Valley. Nous avons mis en orbite 3 500 start-ups en France ces sept dernières années. Une nouvelle dynamique est en train de se créer en France : il faut valoriser nos acquis réels, mais parfois méconnus, pour en profiter pleinement.


Propos recueillis par Philippe Rioux

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho