5G : c'est parti pour les enchères

On craignait que la France ne prenne beaucoup de retard, mais le top départ pour les opérateurs télécoms de la vente aux enchères des fréquences 5G a bien été donné. L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) a publié jeudi soir son cahier des charges. «La bande 3,4-3,8 GHz constitue la bande-cœur de la 5G, dont le déploiement doit permettre d'améliorer la compétitivité des entreprises, de développer l'innovation en France ainsi que de répondre aux attentes des utilisateurs d'accéder à des services mobiles toujours plus performants», a expliqué l'Arcep.
Infographie: La révolution technologique de la 5G | Statista
«La question centrale réside évidemment autour du prix d'attribution des fréquences. Il y a quelques mois, le gouvernement indiquait chercher le bon équilibre entre modèle finlandais (moins de 100 M€ déboursés pour les licences 5G) et modèle allemand (plus de six milliards d'euros). Ainsi le mécanisme mis en place dans cette procédure combine attribution d'un bloc de base de fréquences à prix fixe, et procédure d'enchères pour le reste des blocs disponibles. Après plusieurs semaines de négociations entre toutes les parties prenantes, le gouvernement a privilégié un bloc de base de 50 MHz, contre l'avis de l'Arcep qui a exprimé publiquement son désaccord et les risques encourus. Cette stratégie, qui ne satisfait réellement aucun des acteurs impliqués, permettra-t-elle d'obtenir les résultats escomptés ?», s'interroge Guillaume Vaquero, Senior Manager chez Digital & Emerging Technologies
Le cahier des charges de l'Arcep prévoit d'imposer l'ouverture de la 5G dans au moins deux villes par opérateur avant la fin 2020 puis une trajectoire exigeante pour soutenir les déploiements des équipements en bande 3,4 – 3,8 GHz au cours des années suivantes (3 000 sites en 2022, 8 000 sites en 2024, 10 500 sites en 2025).
Infographie: Quels pays ont banni Huawei de leur territoire ? | Statista

Entre 1,5 et 3 milliards pour l'Etat

Il y a également des exigences pour la couverture rurale (25 % des sites en zone rurale d'ici 2025). Enfin, des engagements optionnels sont prévus : offres adaptées aux entreprises, collectivités et administrations, couverture à l'intérieur des bâtiments, offres d'accès fixe, etc.
En France, l'attribution des fréquences pourrait rapporter de 1,5 à 3 milliards d'euros. Le déploiement de cette nouvelle technologie pleine de promesses (débit multiplié par dix) sera onéreux pour les opérateurs qui investissent déjà 10 milliards d'euros par an.
Le déploiement de la 5G soulève aussi de nombreuses questions environnementales, éthiques et techniques. Alors qu'aux Etats-Unis, l'équipementier chinois Huawei, spécialiste de la 5G, est dans le collimateur de Donald Trump, en France, «nous sommes toujours en attente de clarifications», indique Arthur Dreyfuss, le président de la Fédération française des télécoms (FFT). Pour l'heure, le gouvernement a fait voter avant l'été une loi sur la sécurisation des réseaux qui doit permettre un contrôle accru des équipements qui seront utilisés, car «les secteurs sensibles tels que la santé, l'éducation, les transports, le secteur bancaire, celui de l'énergie et les OIV (opérateur d'importance vitale) en général seront reliés par les réseaux 5G via des milliards d'objets et de systèmes», rappelle David Legeay, expert en cybersécurité et fondateur de la société SYLink Technologie. Les décrets d'applications n'ont toujours pas été publiés, forçant les opérateurs à retarder la commande de leurs équipements.

0 commentaires: