Accéder au contenu principal

Qui parle du climat en France ? Ce que nous apprennent les réseaux sociaux

 

climate

Par Albin Wagener, Université Rennes 2

Depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, en 2017, l’urgence climatique a fini par s’imposer comme un sujet majeur en France.

Rythmée par les rapports du GIEC, par les marches climat et par la Convention citoyenne pour le climat proposée par le président de la République, cette thématique à la fois écologique et environnementale a fini par colorer bon nombre de sujets de la vie quotidienne des Français : logement, énergie, transports, agriculture et biodiversité font ainsi parte des thématiques majeures.

Mais au-delà des sujets, il est important de comprendre qui parle, et la manière dont les opinions ont fini par se structurer lors de ces cinq dernières années.

Les mots du climat en ligne

Dans un rapport d’analyse de narratifs sur les réseaux sociaux que j’ai eu l’opportunité de conduire sous l’égide d’Impakt Faktor, l’étude a porté notamment sur les conversations en ligne, les commentaires produits sur les réseaux sociaux et les galaxies d’interactions sur Twitter.

Ainsi, en utilisant l’analyse de corpus appliquée aux discours sur les réseaux sociaux, il devient possible d’isoler les grands ensembles discursifs qui animent ce qui se dit à propos du climat, de l’écologie et de l’environnement, comme cela a déjà été démontré, entre autres, par les travaux de Kjerst Fløtum ou Béatrice Fracchiolla.

Par ailleurs, de nombreux groupes de recherche se sont récemment structurés pour mieux comprendre les liens entre discours, communication et environnement, comme le GER « Communication, environnement, science et société ».

Représentation du réseau conversationnel sur Twitter entre le 7 mai 2017 et le 1ᵉʳ février 2022. Rapport Impakt Faktor, CC BY-NC-ND

Quatre familles politiques bien distinctes

Que nous apprend ce rapport ? D’abord, il montre qu’il existe plusieurs réseaux d’opinions politiques qui proposent une vision particulièrement des questions environnementales et climatiques. En d’autres termes, il indique qu’il ne peut y avoir de solution écologique sans proposition politique structurée et ancrée dans une philosophie économique et sociale bien particulière.

Ainsi, quatre familles politiques délimitées ont pu se positionner quant à la vision du climat au cours de ces cinq dernières années :

  • Une écologie libérale, compatible avec le système politique et économique actuel, qui propose une adaptation des mesures écologiques nécessaires à la réalité du capitalisme et de ses effets économiques, financiers et commerciaux. Ce positionnement est notamment porté par le gouvernement actuel, et constitue l’axe directionnel de la politique climatique d’Emmanuel Macron.

  • Une écologie réformiste, qui propose de modifier certains aspects du système politique et économique afin de le rendre apte à intégrer les nécessaires réformes écologiques. Du point de vue de la galaxie politique, on trouve ici plutôt le Parti socialiste ainsi qu’Europe Écologie Les Verts, ainsi que certains activistes qui souhaitent sensibiliser le grand public, comme Cyril Dion, le Réseau Action Climat ou encore des personnalités politiques comme Benoît Hamon ou Pierre Larrouturou.

  • Une écologie radicale, qui propose de changer complètement de système économique et politique afin de répondre à l’urgence climatique. Ce courant est notamment porté par des médias comme Mediapart et Reporterre, des mouvements activistes comme Greenpeace et Attac, des économistes comme Thomas Porcher et Maxime Combes, ou encore le parti de La France insoumise.

  • Enfin, une dernière frange produit des discours anti-écologistes particulièrement relayés au sein des sphères climatosceptiques, dans la mesure où elle estime que les exigences liées au climat sont incompatibles avec notre mode de vie, notre réalité économique et nos habitudes culturelles. On retrouve ici des personnalités comme Laurent Alexandre ou Gilles-William Goldnadel, des médias comme Valeurs Actuelles, des représentants du Rassemblement national – et, en embuscade dans une logique critique et conservatrice, la journaliste Emma Ducros ou encore l’animateur Mac Lesggy.

Pas qu’une affaire de communication

Cette répartition particulièrement intéressante offre ainsi aux Françaises et aux Français quatre débouchés politiques pour envisager l’action climatique du point de vue social et économique.

Qu’il s’agisse d’activistes, de personnalités médiatiques ou d’élu·e·s politiques, aucun camp n’est insensible à la question et tout le monde se positionne. Cela montre aussi, comme l’a déjà largement illustré Thierry Libaert, que l’écologie n’est pas qu’une affaire de communication ; au-delà des tentatives des entreprises et des associations, c’est bien une réforme politique structurelle qui est nécessaire pour répondre à l’urgence climatique.

Néanmoins, au-delà de ces quatre familles politiques, on remarque que d’autres causes émergent en marge des discours environnementaux, précisément grâce à la sensibilisation à l’urgence climatique.

Ainsi, pendant ces cinq dernières années, les vidéos de L214 et les prises de position de plusieurs acteurs médiatiques ont permis à la cause animale de s’inviter dans le débat public – entre questionnements éthiques et nécessités écologiques. Cette nouveauté politique n’a rien d’anodin : elle montre à quel point les discours politiques et les narratifs en émergence autour du climat questionnent un nombre important d’habitudes sociales que la société considère comme « normales » ou « allant de soi ».

Les scientifiques, inaudibles ?

Hélas, cette étude nous permet aussi un enseignement non négligeable : la difficulté des scientifiques à se faire entendre dans les conversations, afin d’imposer des discours à la fois pédagogiques et audibles pour le grand public, et dont la sphère politique pourrait s’emparer aisément.

Malgré les alertes incessantes et dramatiques du GIEC, malgré les engagements des milieux activistes pour vulgariser et communiquer sur ces réalités, les personnalités scientifiques ont véritablement peiné à structurer un narratif durable.

Si des personnalités comme Valérie Masson-Delmotte ont été particulièrement actives en France, notamment du fait de leur notoriété en lien avec le GIEC, il s’agit malheureusement d’exceptions qui confirment une règle particulièrement cruelle – règle régulièrement soulignée par les mouvements militants, et reprise jusqu’à la parodie par le film Don’t Look Up.

Leonardo DiCaprio et Jennifer Lawrence, les héros de Don’t look up. NIKO TAVERNISE/NETFLIX

Ainsi, malgré l’information ponctuellement animée par les grands médias à propos de l’écologie, de l’environnement et du changement climatique, on remarque que la prise en considération de ces thématiques reste d’abord largement cantonnée à une approche purement événementielle : manifestations pour le climat, catastrophe climatique ou sorte d’une étude permettent, de manière hélas trop sporadique, d’animer les discussions.

Mais au-delà de ces moments, l’imposition de narratifs réguliers et durables dans le débat public reste une gageure. Cela est également dû, comme nous le soulignons dans le rapport d’analyse, à un manque dans notre pays de figures capables d’incarner le climat.

Lorsque des figures étrangères comme Greta Thunberg sont représentées, elles sont souvent raillées et excitent le climatoscepticisme ; ainsi, le défi des prochaines années, au-delà même de ce à quoi les travaux du GIEC nous invitent à nous préparer, sera de faire monter des figures capables de captiver durablement les médias et l’opinion sur ces questions.The Conversation

Albin Wagener, Chercheur associé l'INALCO (PLIDAM) et au laboratoire PREFICS, Université Rennes 2

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho