Accéder au contenu principal

Élections européennes 2024 : un scrutin ciblé comme jamais par la désinformation

  Rarement une élection aura à ce point été ciblée par des ingérences étrangères et des tentatives de désinformation. « Des institutions, autorités, acteurs de la société civile et vérificateurs de faits tels que l’Observatoire européen des médias numériques, le Réseau européen des normes de vérification des faits et EUvsDisinfo ont détecté et révélé de nombreuses tentatives de tromper les électeurs avec des informations manipulées ces derniers mois », assurait mercredi le Parlement européen. « Les acteurs de la désinformation ont diffusé de fausses informations sur la façon de voter, cherché à décourager les citoyens de voter ou encore cherché à semer la division et la polarisation avant le vote en détournant des sujets de grande envergure ou controversés. Parfois, ces tentatives de tromper consistent à inonder l’espace informationnel avec une abondance d’informations fausses et trompeuses, dans le but de détourner le débat public. Souvent, des dirigeants et leaders politiques sont

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

data center

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions

Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données.

La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée

Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leur environnement à la suite de l’embauche de nouveaux salariés par exemple ou de l’adoption de nouveaux services. Il n’est pas rare qu’elles n’aient pas revu leur plan de cyber-résilience et le volet protection/sauvegarde des données même à la suite de changements en interne.

De même, bon nombre d’entreprises n’ont pas encore suffisamment pris en compte les changements d’usages comme l’augmentation de l’utilisation des ordinateurs portables accentuée par la pandémie et le travail hybride. Il y a cinq ans, les salariés travaillaient majoritairement sur des ordinateurs de bureau et les entreprises disposaient d’un serveur unique. Maintenant un grand nombre de données d’entreprise, parfois critiques se trouvent exclusivement sur les terminaux utilisés par les collaborateurs et la stratégie de sauvegarde doit s’adapter pour garantir la continuité surtout en cas d’incidents.

Il y a aussi les cas où les entreprises mettent en balance leurs ressources et leurs besoins et établissent leur stratégie de sauvegarde autour d’outils comme la suite Microsoft® 365 par exemple, mais oublient que cet outil maintient les données sous leur responsabilité. En cas de suppression accidentelle ou intentionnelle de dossiers, il n’y a pas de récupération garantie si l’entreprise n’a pas prévu une solution de sauvegarde tiers.

La stratégie de protection des données comprend les outils et les processus

Le processus seul ne suffit pas à résoudre les problèmes de sauvegarde et protection des données, il faut également disposer d’outils. On ne peut jamais tout à fait se fier aux processus, vous aurez toujours un collaborateur qui n’aura pas saisi toutes les informations, vu les mémos. Par ailleurs, il y a aujourd’hui un nombre significatif de salariés qui considèrent que la cybersécurité et la protection des données ne concernent que les services informatiques. De même, trop peu d’entreprises jugent la cyber-résilience comme une responsabilité partagée par tous. C’est pourquoi les programmes de formation sont essentiels afin de sensibiliser et éduquer les collaborateurs aux meilleures pratiques, ils sont des éléments importants des stratégies de cyber-résilience.

Les étapes nécessaires d’une stratégie de sauvegarde

Il y a quelques étapes imparables pour verrouiller une stratégie de sauvegarde. Tout d’abord il faut savoir avec précision où sont stockées les données pour les protéger. Sont-elles sur Microsoft 365, google, Dropbox ou localement sur les terminaux ? Ensuite il faut classer les systèmes dans différentes catégories en fonction des besoins comme le type de sauvegarde, la vitesse de restauration et le fait que les données soient stockées localement, dans le cloud, ou les deux. Les besoins de déploiement varient en fonction des systèmes. En cas de serveurs de niveau 1 critique, l’entreprise aura besoin d’un objectif de point de récupération (RPO) et d’un objectif de temps de récupération (RTO) très rapides. Pour d’autres systèmes une panne de quatre heures peut être gênante mais sans gravité. D’autres peuvent avoir un système différent, comme le stockage à long terme, pour lesquels il n’y aura pas de dommage si l’on peut récupérer les données en une ou deux semaines.

Il faut toujours réexaminer les plans de sauvegarde. L’infrastructure informatique des entreprises évolue si rapidement que la stratégie doit être revue au moins deux fois par an, voire tous les trimestres. Il convient de toujours garder à l’esprit certaines questions : ai-je ajouté une nouvelle application ou de nouvelles données ? Les données de mes nouveaux collaborateurs sont-elles sauvegardées ? Mes sauvegardes sont-elles testées ? Ai-je un nouveau serveur ou le serveur existant est-il passé d’une catégorie 2 à 1 ?

Alors que de plus en plus d’actifs travaillent à distance et que les entreprises s’appuient davantage sur les applications de collaboration et de partage de fichiers, il est essentiel de réexaminer régulièrement les plans de sauvegarde et de reprise après sinistre, pour s’assurer qu’il n’y a pas de lacune dans la protection des données. Il est également important d’investir dans des outils capables de sauvegarder la suite Microsoft 365, et de garantir que les données enregistrées sur les terminaux soient toujours récupérables, quel que soit l’endroit où se trouvent les terminaux. En outre, il faut donner aux équipes les moyens de devenir plus cyber-résilients et mettre en place une formation et une sensibilisation à la cybersécurité.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in

Des conseils d'administration inquiets et mal préparés face à la menace cyber

Alors que les Assises de la Sécurité ouvrent leurs portes ce mercredi 11 octobre, pour trois jours de réflexion sur l’état de la cybersécurité en France, la société de cybersécurité Proofpoint f ait le point sur le niveau de préparation des organisations face à l’avancée de la menace.  Cette année encore, les résultats montrent que la menace cyber reste omniprésente en France et de plus en plus sophistiquée. Si les organisations en ont bien conscience,  augmentant leur budget et leurs compétences en interne pour y faire face, la grande majorité d’entre elles ne se sont pour autant, pas suffisamment préparées pour l’affronter réellement, estime Proofpoint. En France, 80 % des membres de conseils d’administration interrogés estiment que leur organisation court un risque de cyberattaque d’envergure, contre 78 % en 2022 – 36 % d’entre eux jugent même ce risque très probable. Et si 92 % d’entre eux pensent que leur budget lié à la cybersécurité augmentera au cours des 12 prochains mois, ces