L’Arabie Saoudite rêve d’avoir le record du plus grand bâtiment jamais construit

the line

D’aucuns y verront la folie des grandeurs du prince héritier d’Arabie Saoudite, le très controversé Mohammed ben Salmane, d’autres une nouvelle étape dans la course au gigantisme. Toujours est-il qu’avec le projet The Line (la ligne) on franchit un nouveau cap dans les constructions humaines.

Après les gratte-ciel qui cherchent à être toujours plus fins (comme à New York) ou toujours plus hauts comme aux Émirats arabes unis (la tour Burj Khalifa et ses 828 mètres de hauteur), le projet saoudien prend le contre-pied… à l’horizontale. Depuis 2017, en effet, MBS rêve de développer des projets de diversification en construisant des infrastructures modernes et écologiques regroupées dans le projet Vision 2030. Avec plusieurs années de retard, il vient de présenter The Line dans le cadre du projet Neom, une ville futuriste d’un coût de 500 milliards de dollars située au Nord-Ouest de l’Arabie saoudite, à proximité de la Jordanie, de l’Égypte et d’Israël.

Une ville de 170 km de long

« En tant que président du conseil d’administration de Neom, je vous présente The Line, une ville pouvant accueillir un million d’habitants, de 170 km de long et qui préservera 95 % des zones naturelles », a affirmé MBS à la télévision. Dans cette ville futuriste « zéro voiture, zéro route et zéro émission de carbone », MBS veut construire non pas une longue ligne de bâtiments à file unique reliés par un train à grande vitesse, mais deux gratte-ciel parallèles de 500 mètres de haut qui s’étendront donc sur des dizaines de kilomètres, entre mer Rouge et intérieur des terres le long d’une coulée verte. Pour les futurs habitants, tous les services essentiels seraient à cinq minutes et le plus long trajet intra-urbain ne dépasserait pas 20 minutes. Reste qu’un tel projet laisse les spécialistes sceptiques.

Les experts sceptiques

« Personne ne déménagera dans une ville avec un bon réseau d’égouts mais pas d’emplois. Historiquement, les infrastructures suivent le marché, et non l’inverse », estime Alain Bertaud, chercheur principal au Marron Institute of Urban Management de NYU. De fait les villes nouvelles qui ont été pérennes ont souvent été des capitales de pays comme Brasilia au Brésil, conçue par Oscar Niemeyer ou Washington DC aux Etats-Unis, imaginée par l’ingénieur français Pierre Charles L’Enfant.

The Line verra-t-elle vraiment le jour ? Selon des sources internes à Neom et interrogées par Bloomberg, des architectes ont été chargés de plancher sur des prototypes de bâtiments de près de 800 mètres de long. Le projet s’est attaché la collaboration de Thom Mayne, de l’agence Morphosis, qui a reçu le prix Pritzker (le Nobel d’architecture) en 2005. Les premiers habitants pourraient s’installer sur The Line en 2024.