Certains politiques prêts à quitter Twitter après son rachat par Elon Musk

twitter

Aucun des hommes ou des femmes politiques français n’atteindra jamais – et c’est heureux – la frénésie avec laquelle Donald Trump utilisait Twitter comme outil privilégié lorsqu’il était à la Maison Blanche. Pour autant, le réseau social américain est devenu un incontournable pour tout élu. Communiquer sur son action ou celle de son camp, porter son indignation sur tel ou tel sujet, préciser ses choix, est aujourd’hui une activité classique pour les politiques. Quelques-uns n’hésitent pas aussi à croiser le fer voire à s’invectiver sans nuance en 280 signes.

L'effet boomerang des anciens tweets

Certains sont passés maître dans l’utilisation de cet outil, d’Emmanuel Macron à Jean-Luc Mélenchon, de Gérald Darmanin à Danièle Obono. Mais si Twitter permet de réagir vite – trop vite parfois – il recèle aussi un terrible effet boomerang pour les élus qui peuvent se retrouver confrontés à d’anciens tweets embarrassants qui ne correspondent plus à leur positionnement actuel ou au contraire révèlent une pensée constante.

On l’a encore vu avec le député RN Grégoire de Fournas – sanctionné par l’Assemblée pour avoir lancé « Qu’il rentre en Afrique » au député LFI Carlos Martens Bilongo – dont d’anciens tweets ont montré des propos tout aussi nauséabonds.

"Twitter tue la démocratie, tue la politique" pour Yannick Jadot

Mais depuis que Twitter a été racheté par le fantasque Elon Musk, PDG de Tesla et de Space X, qui souhaite faire du réseau un espace de liberté totale, sans filtre, et donc potentiellement exposé à une forte hausse de propos haineux et complotistes, plusieurs personnalités politiques s’interrogent pour savoir s’il ne faudrait pas quitter la plateforme. « Les réseaux sociaux sont une attaque sur la démocratie » a ainsi estimé lundi dernier le député européen EELV Yannick Jadot, dénonçant plus particulièrement Twitter.

« On a eu un système qui est, on le sait, prédateur du point de vue de l’environnement, prédateur du point de vue social, mais aujourd’hui ces réseaux sociaux sont une attaque sur la démocratie. Vous avez des algorithmes qui veulent renforcer d’une certaine façon l’instabilité, qui veulent renforcer l’invective, l’insulte, y compris les propos racistes ou les menaces. Vous avez une sorte de rentabilité qui est le nombre de vues. Vous avez un court-termisme absolu. Twitter tue la démocratie, tue la politique, avec Twitter à la fin c’est Trump qui gagne » résume Yannick Jadot.

Elon Musk bientôt auditionné par le Parlement européen ?

Cette inquiétude est partagée par l’eurodéputé Stéphane Séjourné. Le président du groupe Renew et secrétaire général du parti présidentiel Renaissance, a indiqué que Renew allait demander l’audition d’Elon Musk par le Parlement européen. « Quels que soient les choix de M. Musk, notre devise restera : notre continent, nos choix. Nous devons nous assurer que Twitter continuera d’agir contre la désinformation et les discours de haine ».

Plusieurs élus questionnent aussi leur utilisation personnelle du réseau. Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran s’est ainsi interrogé sur l’utilisation qu’il ferait à l’avenir d’un Twitter version Musk. « Je considère que c’est un outil de communication important. Le fait que cet outil majeur mondial appartienne à un homme et qu’il affiche des ambitions qui m’inquiètent un peu, pour certaines d’entres elles en tout cas, je reste vigilent et, si nécessaire, je prendrais mes propres responsabilités » assure-t-il avant de dénoncer les futures règles de certification.

A droite certains approuvent un Twitter sans modération

Elon Musk veut en effet rendre payante l’obtention de la certification des comptes qui préserve jusqu’à présent les usurpations d’identité grâce à une pastille bleue. « Je les invite à décertifier mon compte sans délais s’ils estiment que c’est quelque chose qui va devenir payant », a lancé M. Véran. « ça me fera un peu mal » de payer pour un compte certifié a de son côté affirmé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire. « La question de rester ou pas sur Twitter se pose sérieusement » a réagi le député PS de l’Essonne Jérôme Guedj… sur Twitter.

Mais le rachat de Twitter par Musk n’inquiète pas certaines personnalités à droite. L’eurodéputée LR Nadine Morano estime que « Twitter doit rester neutre » quand Nicolas Dupont-Aignan tacle le commissaire européen Thierry Breton qui rappelait que « l’oiseau bleu volera selon nos règles ». « L’UE tremble déjà après le rachat de Twitter. Auriez-vous peur de la liberté d’expression ? » questionne Dupont-Aignan.

(Article publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 13 novembre 2022)