Accéder au contenu principal

Face aux fake news, les techniques de veille peuvent vous aider

Avis d'expert d'Arnaud Marquant, directeur des opérations chez KB Crawl SAS Les fake news n’ont de cesse de se développer : selon un récent sondage, 2/3 des Français y seraient sensibles. Face à ce phénomène, les techniques propres à la veille stratégique peuvent servir de grille d’analyse. Il y a quatre ans, l’immersion de la pandémie de Covid-19 s’est caractérisée par un vaste mouvement de désinformation sur les réseaux sociaux. Loin d’avoir disparu, celui-ci perdure en 2024, comme l’indique notamment l’étude récemment réalisée par Ipsos sur la désinformation qui touche actuellement la campagne électorale européenne. Selon cette dernière, 74 % des personnes interrogées estiment être capables de réaliser un tri entre vraies et fausses informations. Dans le même temps, 2/3 des personnes interrogées (66%) adhèrent à au moins l’une des fake news qui leur ont été présentées… Comment les Françaises et les Français peuvent-ils s’armer face aux phénomènes de désinformation qui frapp

Cyberattaques des hôpitaux : que veulent les hackers ?

 

hopital

Par Claudine Guerrier, Institut Mines-Télécom Business School

Le 20 août 2022, le Centre Hospitalier Sud Francilien (CHSF) de Corbeil-Essonnes a été victime d’une cyberattaque. Pour le vice-amiral Arnaud Coustillère, chargé de la cyberdéfense française, la cyberattaque se définit comme « une action volontaire, offensive ou malveillante, menée au travers du cyberespace et destinée à provoquer un dommage aux informations et aux systèmes qui les traitent, pouvant ainsi nuire aux activités dont ils sont le support ».

De son côté, l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI) définit la cyberattaque comme « une tentative d’atteinte à des systèmes d’information réalisée dans un but malveillant. Elle peut avoir pour objectif de voler des données (secrets militaires, diplomatiques ou industriels, données personnelles bancaires, etc.), de détruire, endommager ou altérer le fonctionnement normal de systèmes d’information (dont les systèmes industriels) ».

Le cas du CHU de Corbeil

Dans le cas du CHSF de Corbeil, il s’agissait de voler et chiffrer (c’est-à-dire coder) une partie des données traitées par le Centre hospitalier, ce qui a eu pour effet de bloquer le système informatique. Les cybercriminels ont ensuite exigé le paiement d’une rançon pour débloquer le système et ses ressources nécessaires au bon fonctionnement des services et à la prise en charge des patients.

S’en est suivie une certaine désorganisation, malgré le souci du CHU et du personnel d’assurer la pérennité des soins. Le CHSF a déposé une plainte dès le 21 août 2022 et l’enquête a été confiée au Centre de lutte contre les criminalités numériques, le service compétent de la gendarmerie nationale. Une notification de violation de données à caractère personnel a été effectuée auprès de la Commission nationale informatique et libertés (CNIL) le 22 août 2022, conformément à l’article 33 du Règlement général sur la protection des données.

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Le 12 septembre 2022, les rançonneurs ont lancé un ultimatum de diffusion en masse des données volées en exfiltrant certaines données. Le CHSF a refusé de céder au chantage. Le 23 septembre, les cybercriminels ont divulgué pour l’exemple certaines données. Ces dernières portent sur des éléments afférents à des informations d’identité, tels nom, prénom, date et lieu de naissance, genre, numéro de sécurité sociale, les données de contact, tels les adresses postales et électroniques, les coordonnées téléphoniques, les informations résultant du passage des patients dans le CHU, comptes rendus médicaux, résultats d’examens, hospitalisation, ordonnances, etc.

COmment sont traitées les données sensibles ?

Le premier danger résulte dans l’éventuelle divulgation de données de santé. Ces dernières sont des données à caractère personnel, et des données dites sensibles selon le Règlement général sur la protection des données (RGPD) européen.

Les données personnelles permettent d’identifier ou de rendre identifiables, directement ou indirectement, des personnes physiques. Les données sensibles sont les données relatives à l’origine ethnique, aux opinions politiques, syndicales, religieuses, philosophiques, les données de santé, afférentes à la vie sexuelle, et depuis le RGPD, les données des fichiers biométriques et génétiques.

Les données sensibles ne sont pas censées être stockées, et quand le stockage est autorisé pour des raisons tenant à l’intérêt général, elles ne doivent en aucun cas être cédées, à titre gracieux ou onéreux (par exemple, un parti politique possède un fichier de ses adhérents, mais la vente de ce fichier est un délit).

En ce qui concerne la santé, les données sont stockées, car elles sont nécessaires aux soins, et, en période d’épidémie, à l’intérêt public ; il existe aussi une finalité gestionnaire. La non-divulgation des données de santé est fondée sur le secret professionnel des soignants et l’obligation de discrétion à laquelle sont tenus les gestionnaires de santé.

La jurisprudence « Jacques Brel »

La santé s’attache à l’intimité de la personne. Cette intimité est tout particulièrement protégée dans les centres hospitaliers, maillons du système social français qui ne considère pas la santé comme un bien commercial, contrairement à ce qui s’impose aux États-Unis.

Dans ce contexte, la divulgation des données de santé est protégée contre les intrusions, qu’il s’agisse de cyberattaques ou de photographies « dérobées » sans l’accord d’un malade.

Les journaux « people » ont gardé en mémoire la jurisprudence d’octobre 1978 : Jacques Brel, atteint d’un cancer en phase terminale, avait été photographié au téléobjectif sans son consentement et les clichés avaient fait l’objet d’une publication, révélant indiscrètement les ravages causés par la maladie à ce célèbre auteur-compositeur-interprète. La saisine en référé d’un tribunal avait abouti au retrait de la vente des exemplaires incriminés de Paris Match.

Le CHSF est donc particulièrement sensible à cette cyberattaque et il a informé individuellement les patients dont les données ont été prises en otage, avec communication de liens, et exemplaire d’une lettre de plainte.

Le hameçonnage

Une autre risque encouru par les patients dont les données sont diffusées pourrait être le hameçonnage. Le hameçonnage correspond à une usurpation d’identité. Grâce aux données personnelles indûment obtenues, un SMS ou un courriel sont envoyés à une personne physique, sous couvert d’une identité médicale ou de la Sécurité sociale, pour obtenir de nouvelles informations ou un paiement non justifié.

Le CHSF de Corbeil a invité ses patients à faire preuve de vigilance après cette fuite de données. Il s’agit de vérifier que l’expéditeur du message est bien légitime et en rapport avec le sujet abordé, de ne jamais fournir d’informations confidentielles, telles des données bancaires (exemple : numéro de la carte bancaire), un ou des mots de passe, de ne pas ouvrir des pièces jointes qui pourraient être piégées. Il convient aussi de suivre de près les comptes associés à un numéro de Sécurité sociale, et de changer ses mots de passe au moindre doute.

Si malgré ces recommandations, des personnes sont victimes d’escroqueries, elles sont invitées à porter plainte. La plainte sera en phase avec l’enquête préliminaire diligentée sur les instructions du Parquet de Paris, en cours au Centre de lutte contre les criminalités numériques, pour infractions d’accès et maintien dans un système de traitement automatisé de données (STAD), introduction frauduleuse de données dans un STAD, modification frauduleuse de données contenues dans un STAD, entrave au fonctionnement d’un STAD, extorsion en bande organisée et association de malfaiteurs en vue de commettre un crime ou un délit punis de cinq ans au moins d’emprisonnement.

Les plaignants qui se constituent partie civile pourront aussi saisir la commission d’indemnisation des victimes d’infraction, conformément aux articles 706-3 ou 706-14 du code de procédure pénale. Ils pourront ensuite espérer obtenir réparation du préjudice subi par voie d’indemnisation, notamment en cas d’escroquerie. Rappelons que pour l’heure, les polices d’assurance civile font rarement apparaître une clause « hameçonnage ».The Conversation

Claudine Guerrier, Professeur à l'Institut Mines-Télécom Business School, Institut Mines-Télécom Business School

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl