Accéder au contenu principal

Dix tendances de l'IA qui resteront importantes en 2024

  Ionos, société d’hébergement Web, dresse dix tendances qui vont marquer 2024 en matière d'intelligence artificielle L'IA est l'un des développements technologiques les plus importants du 21e siècle. Depuis la publication de ChatGPT l'année dernière, cette technologie est devenue de plus en plus présente dans la vie quotidienne des gens. Selon une enquête de l'association professionnelle BitKom, plus de la moitié des entreprises interrogées (56 %) estiment que l'IA est "la plus grande révolution technologique depuis le smartphone". Cependant, le développement de l'IA est loin d'être terminé. Au contraire, il ne fait que s'accélérer et les défis qui l'accompagnent ne cessent de croître. Selon le rapport, les dix tendances suivantes en matière d'IA auront un impact décisif sur la vie professionnelle quotidienne et l'informatique en 2024 : Les invites de l'IA commandent les apps de manière intuitive : Les apps ne seront plus

Rachat de Twitter par Elon Musk : le risque sous estimé d'une fuite des utilisateurs

twitter


Par David Rutambuka, ICD Business School

Le vendredi 28 octobre, Elon Musk, l’homme le plus riche au monde, officialisait la nouvelle : il prend les rênes du réseau social Twitter, racheté pour la somme de 44 milliards de dollars américains.

L’opération s’inscrit dans ce l’on appelle communément des « fusions et acquisitions » (ou « mergers and acquisitions » en anglais). L’idée est de se grouper avec une autre entreprise ou bien de prendre le contrôle d’entreprise cible pour des sommes souvent colossales. Ces dernières sont mises en avant par les spécialistes en stratégie d’entreprises, qui les mettent en regard d’un nombre de clients à gagner ou de gain en termes de synergies. Les médias, eux, présentent souvent les conséquences sociales du processus.

Dans le cas de Twitter, la moitié des salariés ont été licenciés en une semaine à peine.

Plus rarement est évoqué le sort des clients, y compris dans la littérature scientifique. Et pourtant, fin avril, au moment où le fondateur de Tesla faisait part de ses intentions de mettre la main sur la plate-forme et où son conseil d’administration acceptait une première offre, l’outil de surveillance de pages web VisualPing enregistrait une hausse de 82 % aux États-Unis des recherches pour savoir comment supprimer son compte Twitter. Des dizaines des milliers d’utilisateurs, 41 287 pour la seule journée du 26 avril, migraient alors vers le réseau rival Mastodon.

Comme nous l’avons montré plus généralement dans une recherche récente, la réaction des clients, utilisateurs et autres usagers à l’annonce d’une opération de rachat est souvent teintée de pessimisme et de négativité.

Fusion-acquisition… satisfaction ?

Un indicateur américain de satisfaction client montre que, en moyenne, des consommateurs sont moins satisfaits, même deux ans après une opération de ce type. En 2010, Continental Airlines a perdu 10 % du niveau de satisfaction après sa fusion avec United Airlines. En 2008, à la suite de la fusion de deux compagnies aériennes, Delta et Northwest, l’indice de satisfaction des clients de Delta a chuté du même ordre de grandeur. Lors de la fusion entre Compaq et HP en 2002, un sondage montrait que les clients comptaient réduire de 10 % leurs achats de la marque Compaq et de 4 % de la marque HP.

Sur le papier, pourtant, il y aurait beaucoup à attendre des acquisitions. En ce qui concerne Twitter, on peut supposer que les moyens financiers d’Elon Musk ou la réputation de ses entreprises comme Tesla et SpaceX peuvent être bénéfiques pour les utilisateurs de l’outil. Et ce, quand bien même ses intentions derrière la manœuvre restent un peu absconses.

Une entreprise après une fusion est plus grande, a plus de pouvoir de marché et peut ainsi négocier en position de force avec ses fournisseurs. Le tout ayant des effets positifs pour le client en termes de coûts. L’opération facilite de plus la mise en commun des ressources et compétences. Elle peut se traduire par une augmentation du niveau d’investissement en recherche et développement et par conséquent faciliter la création de produits ou services nouveaux, mieux adaptés aux attentes.

Les nuances apparaissent cependant rapidement. Nos résultats montrent que la satisfaction varie selon les types d’opérations, les secteurs d’activité, ainsi que les spécificités des pays d’origine des entreprises impliquées.

L’amélioration simultanée de la productivité et de la satisfaction des clients n’est, par exemple, pas facile à concilier dans le secteur des services où les clients sont sensibles à la personnalisation de l’offre (difficile de satisfaire en standardisant ou proposer la même chose à tous) par opposition aux secteurs des biens manufacturés. Les niveaux de satisfaction sont également moindre lorsqu’il s’agit d’acquisition horizontale (quand une entreprise acquiert une entreprise du secteur dans lequel elle exerce déjà).

[Près de 80 000 lecteurs font confiance à la newsletter de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

La réaction des utilisateurs de Twitter pourrait ainsi dépendre de leur localisation dans un pays démocratique (liberté d’expression) ou non, ou de la perception qu’ils ont à l’égard des services payants/gratuits.

Revoir ses stratégies

À la suite d’une fusion ou d’une acquisition, beaucoup craignent en fait que la nouvelle entité se montre incapable de proposer une offre qui correspond à leurs attentes. Le temps long et complexe des négociations et de la transition peut inquiéter, quand par exemple des incertitudes naissent d’une procédure judiciaire comme ce fut le cas pour Twitter. Cela concerne peut-être plus directement les salariés dont les postes pourraient être remis en question, contrairement aux utilisateurs.

Pour ces derniers néanmoins, il est possible de penser que les dysfonctionnements administratifs, technologiques et opérationnels sont inévitables. Ils ne se contentent d’ailleurs pas uniquement de leurs expériences de consommation mais se voient comme des acteurs actifs, au même titre que les autres parties prenantes que l’entreprise devrait prendre en considération.

Une relation entre un client et une entreprise est souvent liée à d’autres relations. Par conséquent, toute modification affectant ces dernières peut avoir aussi des conséquences sur d’autres parties prenantes. Une fusion qui se traduit par des licenciements peut, aux yeux de l’utilisateur, être synonyme de perte d’expertise et de qualité pour l’entreprise. Une étude montre en effet que le remplacement des cadres de l’entreprise achetée peut affecter négativement la performance.

Le client/utilisateur n’est pas concerté lorsque Elon Musk annonce les nouvelles stratégies de transformation de fond en comble de Twitter et reste considéré comme simple spectateur. Parmi ces mesures, on peut citer la dynamisation des abonnements payants, la monétisation de la diffusion des tweets très populaires ou encore payer des créateurs de contenus, ce qui le concerne directement.

Les dirigeants impliqués dans des fusions acquisitions devraient, à nos yeux, comprendre que le client constitue un élément essentiel qui mérite sa place parmi les principales préoccupations stratégiques. Nos résultats sont également une invitation, durant la période de négociation, à ce que des stratégies claires soient développées pour informer les clients sur les bénéfices futurs qu’ils vont tirer de la manœuvre. Il s’agit de penser à des investissements qui visent à améliorer la satisfaction des clients à court terme pour éviter qu’une partie d’entre eux rejette l’opération dans laquelle ils ne se retrouvent pas, au risque de se diriger vers les concurrents.The Conversation

David Rutambuka, Enseignant-chercheur en Marketing et Analyse de données (IA), ICD Business School

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé