Accéder au contenu principal

Comment choisir un bon mot de passe ?

 

Password
Mots de passe compliqués, gestionnaires de mots de passe, ça vaut le coup? Jason Dent, Unsplash, CC BY
Par Diane Leblanc-Albarel, INSA Rennes et Gildas Avoine, INSA Rennes

Alors que les cyberattaques se multiplient, chacun d'entre nous peut potentiellement y être confronté. Certes, nous avons tous nos astuces pour les mots de passe que nous utilisons dans nos ordinateurs et nos portables : cachés sous un clavier, écrits sur un bout de papier ou issus de la date d’anniversaire du petit dernier.

Mais comment faire pour s'assurer que son mot de passe est véritablement in-cra-qua-ble ?

De nombreuses études constatent qu’une part importante des mots de passe ne protègent pas suffisamment les utilisateurs : les mots de passe sont trop faibles et trop souvent réutilisés. Par exemple, 51 % des Français utiliseraient le même mot de passe pour des usages professionnels et personnels – une statistique que l’on retrouve aux États-Unis.

À partir d’un mot de passe, les cybercriminels pourront récupérer des informations privées en se connectant à nos comptes en ligne (messageries, réseaux sociaux, etc.), notamment nos comptes bancaires ou de e-commerce, mais aussi pénétrer sur notre ordinateur et en chiffrer le contenu en vue d’obtenir une rançon.

Le vol d’un mot de passe peut avoir des conséquences financières, mais aussi psychologiques à travers des pratiques comme le « doxxing » (publier des informations sur l’identité ou la vie privée d’une personne dans le but de lui nuire) ou le « revenge porn ». Dans le cadre professionnel, les fuites de mot de passe exposent l’entreprise à des attaques par chantage, à des « dénis de service » (des cyberattaques consistant à interrompre ou malmener le service fourni par un tiers), ou encore à de l’espionnage économique.

Comment un fraudeur récupère-t-il des mots de passe ?

Les deux grandes approches utilisées par les cybercriminels pour récupérer des mots de passe sont l’ingénierie sociale et le vol de bases de données d’identifiants.

L’ingénierie sociale consiste pour le cybercriminel à convaincre sa victime de révéler son mot de passe en ayant, typiquement, recours à l’hameçonnage : la grande majorité des attaques ne ciblent pas une victime prédéfinie et ces attaques de masse ont pour but d’hameçonner des victimes quelconques. C’est seulement dans un second temps que le cybercriminel concentrera ses forces sur la personne hameçonnée.

Quant au vol de bases de données d’identifiants, l’attaque consiste généralement à pirater un site web pour voler les noms et mots de passe des utilisateurs afin de se connecter sur le compte des victimes, de les utiliser sur d’autres comptes (par exemple, le fraudeur testera les identifiants Google de sa victime sur Twitter) ou de les revendre sur le dark web. Le site web « Have I been pwned ? » permet à chacun de vérifier si son mot de passe a fuité sur Internet ; il recense actuellement presque 12 milliards de comptes dont les identifiants ont fuité.

Dans la majorité des cas, ces bases de données d’identifiants ne contiennent pas des mots de passe, mais des empreintes de mots de passe : l’empreinte est le résultat d’une fonction dite « à sens unique » qui est appliquée sur le mot de passe. Par analogie, l’empreinte est au mot de passe ce que l’empreinte digitale est à l’humain : deux mots de passe différents ont des empreintes différentes et étant donné une empreinte, on ne peut pas identifier l’humain. Mais étant donné une empreinte et un humain, on peut dire si l’empreinte provient de cet humain. Dans le cas des mots de passe, on ne peut donc pas retrouver le mot de passe à partir de son empreinte, mais on peut tester un mot de passe pour voir s’il correspond à l’empreinte : on dit alors que le mot de passe est « cassé ».

Les casseurs de mots de passe utilisent différentes approches pour tester les mots de passe les plus probables : d’abord les plus courts, puis les mots du dictionnaire et leurs variantes (par exemple « repas », puis « Repas », « RepaS », « saper », « repas1 »…) et les mots de passe fortement structurés (par exemple démarrant par une majuscule, puis des minuscules, des chiffres et enfin des caractères spéciaux).

Les casseurs modernes peuvent également utiliser des techniques évoluées reposant sur l’intelligence artificielle ou l’algorithmique.

Enfin, tous les mots de passe possibles sont testés si les autres tentatives ont échoué : c’est ce que l’on appelle une recherche exhaustive, qui a généralement peu d’espoir de rencontrer un succès en un temps raisonnable. Notamment, les attaques qui consistent à tester directement sur un site web différents mots de passe pour un utilisateur donné jusqu’à réussir à se connecter sont peu praticables : elles sont très lentes à cause du temps de réponse du serveur web et facilement détectables.

Qu’est-ce qu’un mot de passe robuste ?

Pour se protéger efficacement, il faut utiliser des mots de passe robustes, ne pas utiliser un même mot de passe pour plusieurs usages et changer de mots de passe régulièrement.

Pour qu’un mot de passe soit robuste, il faut qu’il soit choisi aléatoirement dans un ensemble de mots de passe ayant la même chance d’être choisis : par exemple, un mot présent dans le dictionnaire serait cassé en une poignée de secondes. Ajouter une majuscule ou des chiffres à la fin n’apporte qu’une sécurité illusoire.

Afin de mesurer la robustesse d’un mot de passe choisi aléatoirement (cas idéal, rarement atteint sans gestionnaire de mots de passe), on compte le nombre de tests que devra faire un pirate dans le pire des cas pour le casser. Cette valeur est généralement calculée par la formule nc_ où c est la longueur du mot de passe et n la taille de l’ensemble des éléments parmi lesquels piocher pour composer le mot de passe. Par exemple, dans le cas d’un mot de passe de longueur 8 (c=8), composé de lettres minuscules uniquement (n=26), le pirate devra tester 268 mots de passe (soit 208 milliards) dans le pire des cas. Bien que le chiffre semble astronomique, un ordinateur standard mettra moins d’une seconde pour le casser en utilisant la puissance de calcul de sa carte graphique.

L’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI) définit la robustesse d’un mot de passe par la taille de l’espace dans lequel il est choisi aléatoirement, et distingue quatre catégories.

La robustesse d’un mot de passe d’après l’ANSSI

Un mot de passe aléatoire, construit à partir d’un alphabet constitué de lettres, de chiffres et de 8 caractères spéciaux, devra ainsi contenir au moins 17 caractères (par exemple, « b !sDzf5w,5+W2s3k ») pour être considéré comme fort selon l’ANSSI, et il sera considéré comme très faible s’il est de taille inférieure ou égale à 10 caractères (« b !sDzf5w,5 »). Même très faible, le mot de passe sera difficile à mémoriser… surtout qu’il faut en mémoriser des dizaines !

Pour faciliter la mémorisation des mots de passe, une technique de plus en plus recommandée consiste à utiliser des « phrases de passe », c’est-à-dire des suites de mots choisis aléatoirement. Une phrase de passe de sept mots choisis dans un dictionnaire de 60000 mots pourrait ainsi être « contrefort fatalement semelle signifié distance revergète fourguer », plus facile à mémoriser que « b !sDzf5w,5+W2s3k » pour une sécurité équivalente.

Mais il est difficile pour un humain de choisir aléatoirement des mots dans un ensemble suffisamment grand, car nous n’utilisons que quelques centaines de mots au quotidien. Il est alors conseillé de rajouter des minuscules, majuscules et caractères spéciaux dans la phrase de passe.

Faut-il utiliser un gestionnaire de mots de passe ?

Un gestionnaire de mots de passe est une application qui stocke de manière sécurisée tous les mots de passe de l’utilisateur pour qu’il n’ait pas besoin de les mémoriser. Il lui suffit de se souvenir d’un seul mot de passe, le mot de passe maître, qui doit être le plus fort possible tout en restant mémorisable. L’utilisation d’un gestionnaire de mots de passe, par exemple KeyPass, est recommandée par les grands acteurs de la cybersécurité tels que l’ANSSI, son homologue allemand, le BSI ou l’agence européenne ENISA, ainsi que par des organisations comme Reporters sans Frontières. Certains gestionnaires de mots de passe sont stockés dans le cloud, par exemple Bitwarden (gratuit et open source), 1Password (payant), DashLane (payant), ou encore LastPass (payant, mais il existe une version gratuite assez évoluée) qui est le gestionnaire le plus utilisé mais aussi le plus attaqué.

Notons que les gestionnaires intégrés dans les navigateurs (qui ne nécessitent pas d’installation) ne sont pas recommandés pour des raisons de sécurité, comme le souligne le BSI allemand.

Dans le cas où le gestionnaire stocke les mots de passe dans le cloud, il est fondamental que les mots de passe maîtres soient forts, au sens de l’ANSSI. Dans le cas contraire, un prestataire ayant accès au cloud pourrait les casser et ainsi accéder à tous les mots de passe qu’ils protègent. Il s’agit d’une menace sérieuse à prendre en compte par les entreprises, dans un monde où l’espionnage économique est légion. Recommander aux entreprises d’héberger elles-mêmes les gestionnaires de mots de passe de leurs employés n’est certainement pas un excès de prudence.

Enfin, l’usage de l’authentification par double facteur (par exemple la réception d’un code par mail) est fortement recommandé… même s’il ne faut pas pour autant baisser la garde.The Conversation

Diane Leblanc-Albarel, Doctorante en Cybersécurité, INSA Rennes et Gildas Avoine, Professeur en Cybersécurité, INSA Rennes

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho