Accéder au contenu principal

Élections européennes 2024 : un scrutin ciblé comme jamais par la désinformation

  Rarement une élection aura à ce point été ciblée par des ingérences étrangères et des tentatives de désinformation. « Des institutions, autorités, acteurs de la société civile et vérificateurs de faits tels que l’Observatoire européen des médias numériques, le Réseau européen des normes de vérification des faits et EUvsDisinfo ont détecté et révélé de nombreuses tentatives de tromper les électeurs avec des informations manipulées ces derniers mois », assurait mercredi le Parlement européen. « Les acteurs de la désinformation ont diffusé de fausses informations sur la façon de voter, cherché à décourager les citoyens de voter ou encore cherché à semer la division et la polarisation avant le vote en détournant des sujets de grande envergure ou controversés. Parfois, ces tentatives de tromper consistent à inonder l’espace informationnel avec une abondance d’informations fausses et trompeuses, dans le but de détourner le débat public. Souvent, des dirigeants et leaders politiques sont

Au salon Vivatech, l’Occitanie fait de l’innovation un axe de son développement

vivatech

Emmanuel Macron a souvent évoqué son souhait de faire de la France une start-up nation, comme peut l’être Israël. La France n’en est pas encore là, c’est-à-dire dans l’intégration profonde des start-up dans son fonctionnement économique, mais il y a eu des progrès considérables ces dernières années et aujourd’hui, avec quelque 25 000 start-up et 33 licornes – celles valorisées plus de 1 milliard de dollars – la France est aux avant-postes de l’Europe ; c’est d’ailleurs elle qui envoie la plus forte délégation au CES de Las Vegas, le grand salon du numérique américain.

La 8e édition de VivaTech a tenu ses promesses en termes de fréquentation.La 8e édition de VivaTech a tenu ses promesses en termes de fréquentation. DDM - Philippe Rioux

Mais plus que de start-up nation, peut-être faudrait-il parler de start-up… régions. Alors qu’il s’est achevé hier, le salon VivaTech de Paris – qui fait désormais largement jeu égal avec le CES et est devenu en huit ans le plus important rendez-vous européen – a donné une bonne illustration de la vitalité des écosystèmes numériques régionaux, déjà soulignée par les déclinaisons de la French Tech.

53 start-up d’Occitanie sur le salon

Ainsi, au parc des expositions de la porte de Versailles, chaque région rivalisait cette semaine de dynamisme pour avoir le plus beau stand et accueillir et valoriser ainsi ses start-up. Entre les géants Microsoft ou Huawei, Tesla ou LVMH, les régions d’Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France ou Occitanie étaient venues en force.

« On ne peut pas ne pas être là. VivaTech est devenu incontournable. Ces quatre jours sont très intenses, mais il y a une telle énergie », estimaient les équipes d’Adocc, l’agence de développement économique de la Région Occitanie, qui accompagne les jeunes pousses et celles qui ont déjà grandi. 26 entreprises de la région étaient ainsi présentes de façon autonome hors du stand régional, inauguré mercredi par Jalil Benabdillah, vice-président délégué Économie, Emploi, Innovation, et Réindustrialisation ; et 27 start-up étaient accueillies sur le vaste stand occitan.

Parmi elles on peut citer Cezigue.io. Basée à Mirepoix-sur-Tarn, cette jeune start-up propose une plateforme pour créer des applications mobiles sans rien connaître du code informatique. Avec une interface simple, on construit par briques les fonctionnalités que l’on souhaite avoir puis on publie son application sur les magasins d’iOS ou Android. Cezigue s’adresse aux professionnels, notamment dans le domaine des transports, mais sa simplicité pourrait largement séduire le grand public.

Autre start-up présente sur le stand, Solar-Paint, implantée à l’Union depuis 2020, qui propose aux entreprises de peindre la toiture de leurs bâtiments en blanc avec une peinture spéciale élaborée par l’entreprise ariégeoise Maestria. Le procédé permet de diviser par deux la température en surface, et d’abaisser de 5 à 6 degrés celle à l’intérieur d’un bâtiment. Ce qui permet de faire de 30 à 40 % d’économie sur la climatisation. Solar Paint, qui intervient partout en France et en Espagne, séduit les grandes enseignes (Gifi, Intersport, Carrefour, Leclerc…).

La mobilité, l’adaptation au changement climatique : deux exemples parmi d’autres d’innovations à même de changer le quotidien.

Un plan pour l’intelligence artificielle

« Depuis des années, la Région a fait le choix d’investir dans l’innovation et la R & D. Une politique ambitieuse qui porte ses fruits et fait de nous la première Région française par l’intensité R & D/PIB (3,7 %). Nous devons innover pour rayonner, relever le défi écologique, décarboner nos industries et construire notre souveraineté », estime Carole Delga, présidente de la Région Occitanie et présidente de l’association des Régions de France.

L’Occitanie a d’ailleurs profité du salon pour annoncer un plan pour l’Intelligence Artificielle (2024-2028) au profit de la recherche, des entreprises, des compétences et de l’égalité des chances. Elle a annoncé pour cet été un nouveau dispositif « Start-up Industrie de Demain » doté de 5 M€ par an pour doubler le nombre de start-up et de jeunes entreprises innovantes d’ici 2028 (de 50 à 100). Enfin, elle a signé un partenariat renforcé avec le CNRS.

Pour sa 4e participation à VivaTech, l’Occitanie peut tirer un bilan positif de sa présence, ; ses savoir-faire régionaux ont permis de faire savoir qu’elle entendait bien jouer dans la cour des grands.

Accord renforcé avec le CNRS

Première région d’implantation du CNRS après l’Île-de-France, la Région Occitanie accompagne déjà l’organisme de recherche public dans le financement de ses équipements scientifiques de pointe : 5,9 M€ y sont consacrés dans le contrat de plan Etat-Région 2021-2027 et la Région va financer à hauteur de 2 M€ un futur calculateur informatique à Toulouse. Les deux partenaires ont voulu aller plus pour renforcer leur partenariat sur la cybersécurité, l’hydrogène, l’espace ou l’observation de la Terre. Nadia Pellefigue, vice-présidente de la Région à l’Enseignement supérieur et la Recherche, et Antoine Petit, PDG du CNRS, ont signé vendredi ce nouvel accord qui conforte des liens déjà anciens, la plus importante unité du CNRS en France en effectif (le Laas avec 600 personnes) étant à Toulouse.

Mme Pellefigue a ensuite rencontré des délégations du Canada et du Japon. « Ce sont des pays cibles pour la stratégie internationale de la Région et où nous avons mené plusieurs missions dont la plus récente en juin au Japon où a été signe l’accueil d’Astroscale, entreprise spécialisée dans les débris spacieux », précise Nadia Pellefigue.

(Article publié dans La Dépêche du Dimanche du 26 mai 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in

Des conseils d'administration inquiets et mal préparés face à la menace cyber

Alors que les Assises de la Sécurité ouvrent leurs portes ce mercredi 11 octobre, pour trois jours de réflexion sur l’état de la cybersécurité en France, la société de cybersécurité Proofpoint f ait le point sur le niveau de préparation des organisations face à l’avancée de la menace.  Cette année encore, les résultats montrent que la menace cyber reste omniprésente en France et de plus en plus sophistiquée. Si les organisations en ont bien conscience,  augmentant leur budget et leurs compétences en interne pour y faire face, la grande majorité d’entre elles ne se sont pour autant, pas suffisamment préparées pour l’affronter réellement, estime Proofpoint. En France, 80 % des membres de conseils d’administration interrogés estiment que leur organisation court un risque de cyberattaque d’envergure, contre 78 % en 2022 – 36 % d’entre eux jugent même ce risque très probable. Et si 92 % d’entre eux pensent que leur budget lié à la cybersécurité augmentera au cours des 12 prochains mois, ces