Guide numérique : à chacun sa console

Qu'il semble loin le temps où deux barres blanches se renvoyaient un petit pixel… En 25 ans, le jeu vidéo a fait sa révolution et a généré en 2006 un marché colossal de 1,9 milliard d'euros dans l'Hexagone, où l'institut GfK estime qu'un Français sur trois est un joueur. Alors que Vivendi est devenu cette semaine numéro un mondial du jeu et que la « french touch » est toujours autant appréciée, la guerre fait rage autour des consoles. Une guerre à trois : Microsoft, Sony et Nintendo avec respectivement la XBox 360, la Playstation 3 et la Nintendo Wii. Ces consoles next-gen (nouvelle génération) qui ambitionnent de devenir le centre multimédia du salon familial en permettant la lecture de DVD, de photos, de musiques, d'émissions TNT, proposent toutefois des expériences ludiques différentes.

Wii. Lancée en décembre 2006, la Wii, qui est la moins chère, propose une manette (la wiimote) dotée d'un capteur de mouvements qui permet de jouer comme jamais auparavant, debout devant sa télé, effectuant des gestes reproduits à l'écran. Cet atout compense un affichage de moindre qualité et l'absence de lecture de DVD.

Playstation. Chère, la 3e génération de la Playstation, que Sony a accouchée dans la douleur, est un concentré de technologies : de la lecture de DVD haute définition Blu-ray à la détection de mouvement, du navigateur web au récepteur TNT et au magnétoscope numérique, elle sait tout faire. Ses handicaps : son prix et l'absence de câbles et de télécommande !

XBox 360. La console de Microsoft apparaît plus classique mais elle offre un atout : le jeu en ligne, pour peu que l'on souscrive un abonnement de 5 € par mois.

Du côté des consoles portables, seuls Nintendo et Sony se retrouvent face à face. La Nintendo DS Lite (150 €) séduit avec son double écran tactile et sa liaison Wifi. La Sony Playstation portable (170 €) offre un grand écran 16/9e et est davantage multimédia.

0 commentaires: