Smartphone : comment protéger sa vie privée

Plus encore que l'année dernière, les smartphones vont être les stars de Noël. Ces téléphones « intelligents » grignotent de plus en plus de parts de marché. 17 millions de Français en possèdent déjà un et cela n'est pas prêt de s'arrêter car dans le sillage de l'iPhone - l'appareil vedette d'Apple - ou des Blackberry, très présents dans le monde de l'entreprise, sont apparus les smartphones Android produits par de nombreuses marques qui ont démocratisé l'usage de ces mobiles à tout faire.
Passer un coup de fil , pour ces appareils, constitue une caractéristique presque secondaire tant ils recèlent d'autres fonctionnalités : prendre des photos et des vidéos, gérer ses e-mails et son agenda, prendre des notes, se repérer automatiquement sur une carte grâce au GPS intégré, jouer à des jeux en ligne, dialoguer avec ses amis sur les réseaux sociaux Facebook ou Twitter, etc. Autant dire que dans ces petits ordinateurs de poche, chacun enregistre une partie de ses données et de son intimité.
C'est pour cette raison que la Commission informatique et liberté (CNIL) a voulu comprendre les pratiques des Français avec ces nouveaux outils, s'ils étaient conscients de la sensibilité des données qu'ils enregistrent et s'ils protègent bien l'accès à leur smartphone. L'enquête menée par Médiamétrie auprès de 2 315 utilisateurs est édifiante (fichier PDF disponible ici). Les informations personnelles sont stockées en masse sur les smartphones sans grande protection. Paradoxalement, 65 % des Français pensent que les données ne sont pas bien protégées mais 30 % déclarent n'avoir aucun code de protection actif !
Pour remédier à cette situation, la CNIL a délivré hier dix conseils dont certains sont déjà suivis… par les adolescents. Plus à l'aise que leurs parents avec les appareils numériques, les 15-17 ans sont bien plus prudents que les adultes.

10 règles d'or pour préserver ses données

1. N'enregistrez pas d'informations confidentielles (codes secrets, codes d'accès, coordonnées bancaires…) dans votre smartphone (vol, piratage, usurpation d'identité…).

2. Ne désactivez pas le code PIN et changez celui proposé par défaut. Choisissez un code compliqué. Pas votre date de naissance !

3. Mettez en place un délai de verrouillage automatique du téléphone. En plus du code PIN, il permet de rendre inactif le téléphone au bout d'un certain temps. Cela empêche la consultation des informations contenues dans le téléphone en cas de perte ou de vol.

4. Activez si possible le chiffrement des sauvegardes du téléphone. Pour cela, utilisez les réglages de la plateforme avec laquelle vous connectez le téléphone sur votre ordinateur. Cette manipulation garantira que personne ne sera en mesure d'utiliser vos données sans le mot de passe que vous avez défini.

5. Installez un antivirus quand cela est possible.

6. Notez le numéro «IMEI» du téléphone pour le bloquer en cas de perte ou de vol (taper *#06# sur le clavier pour l'obtenir).

7. Ne téléchargez pas d'application de sources inconnues. Privilégiez les plateformes officielles.

Vérifiez à quelles données contenues dans votre smartphone l'application que vous installez va avoir accès.

8. Lisez les conditions d'utilisation d'un service avant de l'installer. Les avis des autres utilisateurs peuvent également être utiles !

9. Réglez les paramètres au sein du téléphone ou dans les applications de géolocalisation (Twitter, Foursquare, Plyce...) afin de toujours contrôler quand et par qui vous voulez être géolocalisé.

10. Désactivez le GPS ou le WiFI quand vous ne vous servez plus d'une application de géolocalisation.


Attention aux virus
Les smartphones étant de vrais petits ordinateurs, pas étonnant qu'ils soient désormais la cible… des virus. Les malwares ciblant les appareils mobiles sont en nette progression, avec un risque plus élevé pour les téléphones sous Android. Dans son dernier rapport trimestriel, l'éditeur d'antivirus McAfee a révélé une augmentation de 76 % des malwares mobiles sur cette plateforme au 2e trimestre, par rapport au 1er trimestre 2011 (rapport PDF disponible ici). Dès lors, les applications antivirus pour smartphones vont se multiplier.

0 commentaires: