Accéder au contenu principal

Face aux fake news, les techniques de veille peuvent vous aider

Avis d'expert d'Arnaud Marquant, directeur des opérations chez KB Crawl SAS Les fake news n’ont de cesse de se développer : selon un récent sondage, 2/3 des Français y seraient sensibles. Face à ce phénomène, les techniques propres à la veille stratégique peuvent servir de grille d’analyse. Il y a quatre ans, l’immersion de la pandémie de Covid-19 s’est caractérisée par un vaste mouvement de désinformation sur les réseaux sociaux. Loin d’avoir disparu, celui-ci perdure en 2024, comme l’indique notamment l’étude récemment réalisée par Ipsos sur la désinformation qui touche actuellement la campagne électorale européenne. Selon cette dernière, 74 % des personnes interrogées estiment être capables de réaliser un tri entre vraies et fausses informations. Dans le même temps, 2/3 des personnes interrogées (66%) adhèrent à au moins l’une des fake news qui leur ont été présentées… Comment les Françaises et les Français peuvent-ils s’armer face aux phénomènes de désinformation qui frapp

Et si on laissait le smartphone à la porte de l’entreprise ?

La réunion n'est pas censée être un temps pour répondre à ses emails ! Jacob Lund / Shutterstock
Yann-Mael Larher, Sciences Po – USPC


L’utilisation des téléphones mobiles est interdite dans l’enceinte des écoles et des collèges. Cette mesure vise à sensibiliser les élèves à l’utilisation raisonnée des outils numériques et à leur faire pleinement bénéficier de la richesse de la vie collective. En effet, selon le ministère de l’Éducation nationale, « l’utilisation du téléphone portable peut nuire gravement à la qualité d’écoute et de concentration nécessaire aux activités d’enseignement ». En outre, « leur utilisation dans l’enceinte des établissements diminue la qualité de la vie collective pourtant indispensable à l’épanouissement des élèves ».
Or, si le smartphone perturbe la vie scolaire, son immixtion dans la vie professionnelle n’est pas non plus sans poser des questions dans la sphère personnelle et professionnelle des adultes.

Tous perturbés

Trop souvent, on subit la connexion plus qu’on ne la choisit. Dans l’entreprise, les salariés sont sollicités en permanence par leurs collègues via la messagerie interne, les appels téléphoniques, les SMS, mais aussi par leurs amis sur les messageries instantanées et toutes sortes d’alertes. Or, le cerveau humain n’est pas fait pour traiter autant d’informations et de sollicitations. Le « FOMO » (fear of missing out), soit l’angoisse de passer à côté d’une information, a grandi avec la sophistication des applications où tout est étudié avec soin pour que nous y revenions le plus souvent possible.
Nous vérifions ainsi en moyenne notre téléphone plus de 220 fois par jour, selon une étude menée en 2014. À chaque fois qu’on est sollicité, le cerveau « reboot ». Pour repartir sur une tâche de fond, il faut plusieurs minutes pour se remettre dedans. En effet, le cerveau n’est pas en mesure de réaliser plusieurs tâches de manière strictement simultanée. En fait, plusieurs zones peuvent s’activer en même temps, mais le cerveau ne traitera qu’une seule tâche à la fois. Ce phénomène, comparable au clignement des yeux, interrompt temporairement, mais inconsciemment, notre attention. Ainsi, lorsque nous devons alterner rapidement entre deux tâches, nous risquons de perdre le fil de certaines informations.
C’est un vrai problème pour la productivité, mais aussi pour la santé. Les personnes qui souffrent de burn-out n’arrivent souvent plus à faire la part entre les informations qui sont importantes de celles qui ne le sont pas.

Se déconnecter… pendant le travail

Quand on parle de déconnexion, on pense d’abord à ce qui se passe à la maison. C’est le fameux droit à la déconnexion, ou le droit au repos. Mais on devrait aussi parler de la déconnexion dans l’enceinte de l’entreprise. En effet, on pense spontanément aux mails professionnels traités pendant le temps de repos, mais plus rarement aux messages personnels pendant le temps de travail. Or, le cerveau ne fait pas la distinction entre une notification Facebook pour la cagnotte d’anniversaire de votre meilleur ami et un mail qui retrace le suivi d’un projet professionnel.
Bien sûr, les salariés peuvent aller sur Facebook pour faire une pause. Mais attention à ne pas confondre pause « choisie » et pause « subie ». Autrement dit, « je vais faire ma pause Facebook car j’ai bossé suffisamment et mon cerveau a besoin de faire une pause », est très différent de « je vais sur mon smartphone car mon téléphone vient de vibrer ». Ce sont deux paradigmes très différents.
Le premier cas va me permettre d’être plus productif et de me remettre plus facilement au travail, de m’aérer l’esprit et de trouver plus facilement des idées nouvelles. Dans le deuxième cas c’est juste subi : « je fais des pauses Facebook, mais ce ne sont pas tellement des pauses car elles sont tellement nombreuses que, finalement, je n’arrive pas à bien faire mon travail, et à la fin de ma journée je ne suis pas satisfait, je vais devoir ramener du travail et des soucis professionnels à la maison car ma journée de travail a été mal organisée ».

Des réunions où l’on s’écoute (enfin)

L’entreprise a évidemment sa part de responsabilité dans ce phénomène et devrait accompagner les collaborateurs à mieux s’organiser. Le problème de fond ne vient pas des outils numériques, mais de la manière dont on organise les temps dans l’entreprise.

Blog-emploi.com

Trop souvent, les salariés se retrouvent par exemple à accepter des réunions tout en se demandant ce qu’ils vont bien pouvoir y faire. Les outils numériques rendent alors ces réunions presque « soutenables ».
On organise des réunions et les gens ne disent rien, si la réunion leur semble utile ou non, ils s’y rendent alors même que certaines ne les concernent pas directement. Ils savent qu’ils vont pouvoir traiter leurs mails en réunion, et envoyer des messages, parfois même aux gens qui se trouvent dans la même salle de réunion qu’eux. Là, il y a un gros problème, car on mélange tout. Une réunion, c’est un moment où on se connecte avec les gens qui sont dans la même salle pour parler d’un sujet et d’un seul sujet.

« En France, les réunions sont mal pensées ». Témoignage de Michel Mondet, président du cabinet de conseil Akéance, sur Xerfi canal (2019).

Si on souhaite faire de la réunion un élément positif pour les organisations et ceux qui y travaillent, il faut prendre en compte une nouvelle concordance des temps professionnels et personnels rendue possible par les outils mobiles. On pourrait notamment raccourcir les réunions et couper les téléphones pour que les gens s’écoutent. Plutôt que d’instaurer un droit à la déconnexion, on ferait ainsi mieux de parler de bonne connexion, d’inventer de nouveaux équilibres et d’apprendre à se servir des technologies à bon escient pour réguler leurs usages plutôt que de vouloir compartimenter des espaces de vie qui ne le seront jamais !

Une nouvelle concordance des temps

Les réticences managériales face aux mesures en faveur d’une nouvelle articulation des temps de vie reposent sur une hypothèse tayloriste obsolète selon laquelle la création de valeur est proportionnelle au temps de présence. Contrairement à ce qui est établi, les horaires stricts ne favorisent pas la productivité au travail. Tout le monde n’est pas forcément au mieux de sa forme entre 9h et 18h. L’homme numérique est au centre de son monde, il doit se sentir libre et léger. Certaines personnes sont plus efficaces le matin, d’autres le soir et pourtant on continue de demander à tout le monde d’arriver à la même heure. Ce qui compte le plus, c’est la qualité des relations et la capacité à solliciter ces dernières au moment où leur attention est disponible.
En définitive, il faut retrouver des moments pour le travail de fond, d’autres pour se synchroniser ou encore pour se détendre. Contrairement aux organisations du XXe siècle, ces moments n’ont plus systématiquement besoin d’être identiques pour tout le monde au même temps et sur les mêmes lieux. En revanche, nous ne pouvons pas physiquement faire perdurer ces moments… tous en même temps !The Conversation

Yann-Mael Larher, Professeur associé, spécialiste des relations numériques de travail, Sciences Po – USPC
Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl