Accéder au contenu principal

Face aux fake news, les techniques de veille peuvent vous aider

Avis d'expert d'Arnaud Marquant, directeur des opérations chez KB Crawl SAS Les fake news n’ont de cesse de se développer : selon un récent sondage, 2/3 des Français y seraient sensibles. Face à ce phénomène, les techniques propres à la veille stratégique peuvent servir de grille d’analyse. Il y a quatre ans, l’immersion de la pandémie de Covid-19 s’est caractérisée par un vaste mouvement de désinformation sur les réseaux sociaux. Loin d’avoir disparu, celui-ci perdure en 2024, comme l’indique notamment l’étude récemment réalisée par Ipsos sur la désinformation qui touche actuellement la campagne électorale européenne. Selon cette dernière, 74 % des personnes interrogées estiment être capables de réaliser un tri entre vraies et fausses informations. Dans le même temps, 2/3 des personnes interrogées (66%) adhèrent à au moins l’une des fake news qui leur ont été présentées… Comment les Françaises et les Français peuvent-ils s’armer face aux phénomènes de désinformation qui frapp

Bienvenue dans la troisième ère de l'identité numérique

identite



schalit
Par Emmanuel Schalit, CEO de Dashlane 


Il n'y a pas que les Facebook et les Google du monde entier qui aspirent les données que nous laissons en ligne et qui les utilisent à leur profit. Après tout, la monétisation des données des utilisateurs est le modèle économique dominant dans le monde numérique depuis près de deux décennies.

Les mensonges des entreprises

Ne vous laissez pas abuser par les campagnes de lobbying et de marketing - ce business model est fondamentalement incompatible avec la protection de la vie privée. Ces services n'ont jamais été conçus dans le but premier d’être sécurisé ou de garantir la protection de vos données privées. De fait, les consommateurs ont un faux sentiment de confiance quant à la protection de leurs données par ces entreprises.
Au contraire, les consommateurs ne devraient pas s’enchaîner de la sorte aux services et aux réseaux sociaux qu'ils utilisent. Oui, les données sont une monnaie avec laquelle négocier avec les marques (par exemple, vos préférences en échange d'une remise), mais pour reprendre le contrôle de nos données, nous devons adopter une nouvelle mentalité.
L'indépendance numérique doit être au premier plan de nos préoccupations. Et pour comprendre ce qu'est l'indépendance numérique, nous devons approfondir le concept d'identité numérique. Plus précisément, nous devons comprendre comment l'identité numérique est devenue partie intégrante de notre société.

Qu'est-ce que l'identité ?

Notre identité se résume à la façon dont nous sommes perçus. Cela peut se faire par le biais d'interactions en face à face et des informations que nous partageons volontairement avec ceux que nous rencontrons. À cet égard, nous contrôlons l'information que nous voulons partager, quand nous la partageons, et donc la manière dont nous sommes perçus.
L’identité numérique change complètement ce paradigme. Bien que nous soyons encore en mesure, à certains égards, de sélectionner les informations que nous voulons partager en ligne, nous sommes souvent obligés de livrer une partie de nos données afin de pouvoir nous inscrire à de nouveaux services. En cours de route, nous pourrions aussi, sans réfléchir ou sans le savoir, partager des informations plus personnelles sur nous-mêmes. Au fur et à mesure que les marques relient les points entre les informations que nous avons fournies volontairement et celles que nous avons partagées sans en avoir conscience, notre identité numérique se complexifie.
L'identité numérique fait partie intégrante, fragmentée, inévitable et déroutante de notre vie. Elle est une condition préalable à de nombreux services essentiels et elle a une valeur bien plus élevée qu'auparavant, car les entreprises et les institutions à qui nous confions nos données cherchent à les exploiter pour leur propre bénéfice.

Bienvenue dans la troisième ère de l'identité numérique

Ça n'a pas toujours été comme ça. Au fur et à mesure que l'influence et la portée d'Internet se sont accrues, l'identité numérique a connu ses propres changements distincts, ou Ères.
La première ère de l'identité numérique concernait la gestion et le contrôle. À l'aube d'Internet, les gens ont commencé à faire confiance à un petit nombre de fournisseurs de services favoris pour obtenir de l'information bénévolement. Le commerce en ligne voyait alors le jour et les gens géraient facilement leur relation avec les fournisseurs de services numériques qu'ils avaient choisis d'utiliser.
La deuxième ère de l'identité numérique a commencé lorsque Internet s’est répandu et s’est installé dans la vie quotidienne. Cette nouvelle ère fut plus complexe et fragmentée. Nous avons pris conscience de la mesure dans laquelle nos données étaient utilisées par des sociétés numériques et d'autres géants en ligne. Le capitalisme de surveillance, ou la marchandisation des données personnelles, est né, et nous avons commencé à réaliser que nous en faisons tous partie. C'est là que la lutte pour le contrôle de nos identités numériques a commencé.
Nous sommes maintenant dans la troisième ère de l'identité numérique. La technologie est partout autour de nous, et nos vies sont accessibles en ligne plus que jamais. Nous commençons également à prendre la mesure dans laquelle nos données sont collectées et commercialisées. Nous avons réalisé que, dans l'économie numérique dans laquelle nous vivons, une identité numérique sécurisée et contrôlée est essentielle. Cependant, Internet intervenant dans tous les aspects de notre vie, le contrôle et l'accès à nos identités numériques par des tiers sont de plus en plus importants - et c'est inquiétant.
Que cela vous plaise ou non, nos vies sont façonnées par l'empreinte numérique que nous laissons partout où nous allons. Chaque clic, chaque seconde passée à regarder un article ou une vidéo est constamment analysée par les applications que nous utilisons quotidiennement. Cette obsession de l'engagement et de la personnalisation a créé des chambres d'écho, amplifié les campagnes de désinformation et mobilisé les extrémistes. Ces mêmes technologies sous-jacentes dictent bien d'autres aspects de notre vie : qui nous voyons sur les applications de rencontre, combien coûtent nos polices d'assurance et notre aptitude à un nouvel emploi.

À vous de jouer

Nous ne devrions pas avoir à nous soucier de la protection de la vie privée et du contrôle de l'accès à la technologie que nous voulons et dont nous avons besoin. Alors, que pouvons-nous faire pour devenir indépendants numériquement de tous les services qui partagent nos données, pour leur propre bénéfice ? Comment pouvons-nous atteindre notre indépendance numérique, à l'instar de la première ère, lorsque nous avions le choix de la personne avec qui nous partagions nos données ?
L'indépendance numérique est cruciale pour une troisième ère plus sûre, mais elle exige que vous preniez les choses en main. Il y a quelques étapes simples mais efficaces que vous pouvez suivre pour le faire ; le point de départ pourrait être d'éviter l'ouverture de sessions uniques et d'utiliser un gestionnaire de mots de passe décentralisé pour créer des mots de passe uniques et complexes pour chaque site Web ou service que vous utilisez.
Cela empêche le partage des données et la publicité croisée. Il rend également le suivi multiplateforme à partir d'une seule entité comme Facebook beaucoup moins invasif qu'une fonction de Single Sign-On (comme dans le cas de la fonction Login with Facebook), et vous empêche de garder tous vos œufs dans un même panier. Les gestionnaires de mots de passe peuvent automatiquement compléter les informations d'identification de compte sur chaque site et sur chaque appareil que vous utilisez, afin que vous n'ayez pas à essayer de vous rappeler chaque mot de passe pour tous vos comptes en ligne.
L'indépendance numérique est un état que tous les internautes devraient chercher à atteindre, et ce n'est que par le contrôle total de notre empreinte numérique que nous y parviendrons. Maintenant que de plus en plus d'entreprises telles que Mozilla et Apple se positionnent comme des marques qui privilégient la protection de la vie privée, il existe plus de ressources que jamais pour vous aider à prendre le contrôle de votre identité numérique.
La troisième ère de l'identité numérique est à un tournant : les entreprises se rendent compte que les consommateurs se soucient de plus en plus de leurs propres données et s’aperçoivent que les données dont ils disposent ne sont plus un atout pour eux, mais un fardeau à protéger.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Ce que les enfants comprennent du monde numérique

  Par  Cédric Fluckiger , Université de Lille et Isabelle Vandevelde , Université de Lille Depuis la rentrée 2016 , il est prévu que l’école primaire et le collège assurent un enseignement de l’informatique. Cela peut sembler paradoxal : tous les enfants ne sont-ils pas déjà confrontés à des outils numériques, dans leurs loisirs, des jeux vidéos aux tablettes, et, dans une moindre mesure, dans leur vie d’élève, depuis le développement des tableaux numériques interactifs et espaces numériques de travail ? Le paradoxe n’est en réalité qu’apparent. Si perdure l’image de « natifs numériques », nés dans un monde connecté et donc particulièrement à l’aise avec ces technologies, les chercheurs ont montré depuis longtemps que le simple usage d’outils informatisés n’entraîne pas nécessairement une compréhension de ce qui se passe derrière l’écran. Cela est d’autant plus vrai que l’évolution des outils numériques, rendant leur utilisation intuitive, a conduit à masquer les processus in

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl