Accéder au contenu principal

Dix tendances de l'IA qui resteront importantes en 2024

  Ionos, société d’hébergement Web, dresse dix tendances qui vont marquer 2024 en matière d'intelligence artificielle L'IA est l'un des développements technologiques les plus importants du 21e siècle. Depuis la publication de ChatGPT l'année dernière, cette technologie est devenue de plus en plus présente dans la vie quotidienne des gens. Selon une enquête de l'association professionnelle BitKom, plus de la moitié des entreprises interrogées (56 %) estiment que l'IA est "la plus grande révolution technologique depuis le smartphone". Cependant, le développement de l'IA est loin d'être terminé. Au contraire, il ne fait que s'accélérer et les défis qui l'accompagnent ne cessent de croître. Selon le rapport, les dix tendances suivantes en matière d'IA auront un impact décisif sur la vie professionnelle quotidienne et l'informatique en 2024 : Les invites de l'IA commandent les apps de manière intuitive : Les apps ne seront plus

Télétravail et bureau post-Covid : quelle nouvelle donne ?

teletravail
Avant le premier confinement de mars 2020, seulement 19 % de l’ensemble des répondants avaient l’habitude de faire du télétravail. Shutterstock

Par Ingrid Nappi, ESSEC et Gisele de Campos Ribeiro, ESSEC

De façon générale, l’intensification du télétravail depuis le mois de mars 2020 semble avoir été bien vécue par la majorité des salariés, au point que certaines entreprises envisagent de conserver à l’avenir une partie de leurs salariés à la maison afin de réduire leurs coûts immobiliers, voire certaines à devenir complètement virtuelles. Toutefois, cette décision ne serait pas sans conséquence, et l’on peut se demander à quoi ressemblera le futur du bureau dans un monde post-Covid-19.

Pour tenter d’esquisser une réponse, la Chaire Workplace Management de l’ESSEC Business School, a mené une étude qui évalue d’ores et déjà l’impact de la crise sanitaire et de l’expérience du télétravail sur les attentes de 2 643 employés de bureau par rapport à leur espace de travail.

En voici les principaux enseignements.

Du télétravail subi au télétravail souhaité

En ce qui concerne les pratiques du télétravail de notre population étudiée et sur la période qui précède le premier confinement du printemps, seulement 19 % de l’ensemble de nos répondants avaient l’habitude de faire du télétravail.

graphique
Légende : pourcentage de télétravailleurs. Author provided

En septembre 2020, quatre mois après la fin du premier confinement, 37 % des répondants poursuivaient encore l’expérience de télétravail (Graphique 1), essentiellement à raison de deux fois par semaine (32 % d’entre eux) ; en comparaison, 21 % tous les jours ouvrables, 18 % à un rythme d’une fois par semaine et 17 % de trois fois par semaine (Graphique 2).

graphique
Légende : fréquence du télétravail réelle vs effective. Autrices, Author provided

Tout d’abord subi et imposé, le télétravail fait à présent partie de la vie professionnelle de la plupart des salariés, qui pour près des trois quarts de nos répondants (73 %) souhaitent poursuivre cette expérience à l’avenir dans un monde post-Covid-19, notamment à raison principalement de deux jours par semaine (31 % des répondants) et de trois fois par semaine (23 %).

Ainsi, bien que le télétravail ait été imposé par la crise sanitaire et le premier confinement, le souhait de poursuivre l’expérience du télétravail est partagé par la majorité des répondants participant à notre étude. Cependant, nos analyses montrent des différences statistiquement significatives (Test z différence de proportions) en ce qui concerne les générations d’âge, les catégories socioprofessionnelles et la localisation du lieu de travail.

  • Le télétravail post-Covid-19 est davantage plébiscité par les milléniaux (personnes nées entre 1978 et 1994). Ils sont 79 % à vouloir télétravailler dans l’avenir, contre 68 % pour la génération Z plus jeune (nées après 1995), 67 % pour les baby-boomers (nées entre 1945 et 1964) et 72 % pour ceux de la génération X (entre 1965 et 1977).

  • Le télétravail est également davantage retenu par les cadres et cadres dirigeants. Ainsi, 85 % des cadres et 82 % des cadres dirigeants veulent continuer à télétravailler contre 67 % des employés (alors que la moyenne globale est de 73 % des répondants).

  • Enfin, l’envie de poursuivre le télétravail dans le futur concerne principalement les salariés des entreprises localisées en région Île-de-France (Tableau 1).

graphique
Author provided

Les comparaisons sont statistiquement significatives notamment entre les salariés de la région parisienne et ceux des grandes métropoles, des villes moyennes et des petites villes. En effet, 83 % des salariés franciliens souhaitent télétravailler tandis que cette proportion ne concerne que 70 % des salariés en ville moyenne, et 64 % dans les petites villes.

Le bureau idéal post-confinement

Post-confinement, le télétravail choisi et non plus subi va-t-il transformer l’immeuble de bureau ? Allons-nous continuer à aller au bureau pour y travailler ?

Notre enquête portant sur les types d’espaces de travail les plus adaptés aux besoins post-confinement des salariés montre clairement l’intérêt soutenu pour les espaces traditionnels de bureau, avec postes de travail attribués. Ces espaces représentent 73 % des demandes exprimées : les bureaux fermés (individuels et partagés) sont considérés comme l’espace de travail idéal pour 61 % des individus, devant le bureau en open space qui a 12 % de préférence (Graphique 3).

graphique
Author provided

Le flex office et les espaces de coworking, quant à eux, ne représentent que 6 % des espaces choisis par les salariés. Ici encore des différences statistiques significatives sont observées entre les populations étudiées. Contrairement aux idées largement répandues, ces derniers espaces sans poste de travail attribué sont essentiellement recherchés par les travailleurs indépendants et les cadres dirigeants.

Il est évident que malgré une expérience du télétravail plutôt positive pour la majorité des employés de bureau participant à notre étude – avec une autonomie et une liberté particulièrement appréciée – le bureau reste le lieu de travail privilégié de l’ensemble des répondants.

Lors des analyses qualitatives de notre enquête, nous avons pu constater les mentions récurrentes au lien social du bureau telles que le besoin de se voir et d’interagir les uns avec les autres avec des éléments de communication non verbale, ainsi que la capacité du bureau à stimuler les communications informelles spontanées entre les employés.

Ce type d’interactions face à face non planifiées contribuent largement à l’établissement de relations interpersonnelles, de confiance et de collaboration entre collègues. Enfin, le fait d’aller au bureau permet pour la plupart d’entre eux de matérialiser la frontière entre vie privée et vie professionnelle, qui disparaît dans le cadre du télétravail.

En conséquence, on observe une forte envie de passer la plupart du temps de travail en entreprise. En moyenne, les répondants souhaitent passer 55 % de leurs activités professionnelles au bureau, puis 37 % à domicile (en télétravail), 6 % dans un tiers lieu et 2 % dans d’autres types de lieux (cafés, locaux des clients, etc.).

graphique
Author provided

Incontestablement, le bureau a encore un très bel avenir, une fois les contraintes de confinement terminées. Pour les répondants de l’étude, c’est un lieu qui permet au salarié de participer à la vie de l’entreprise (27 % des mentions), un lieu de rencontre, d’échange et de convivialité (26 % des mentions) et enfin, un lieu de travail régulier (26 % des mentions) (Graphique 4).The Conversation

Ingrid Nappi, Professeur, titulaire de la Chaire « Immobilier & Développement Durable » et de la Chaire « Workplace Management », ESSEC et Gisele de Campos Ribeiro, Ingénieure de recherche, la Chaire « Workplace Management », ESSEC Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Comment les machines succombent à la chaleur, des voitures aux ordinateurs

  La chaleur extrême peut affecter le fonctionnement des machines, et le fait que de nombreuses machines dégagent de la chaleur n’arrange pas les choses. Afif Ramdhasuma/Unsplash , CC BY-SA Par  Srinivas Garimella , Georgia Institute of Technology et Matthew T. Hughes , Massachusetts Institute of Technology (MIT) Les humains ne sont pas les seuls à devoir rester au frais, en cette fin d’été marquée par les records de chaleur . De nombreuses machines, allant des téléphones portables aux voitures et avions, en passant par les serveurs et ordinateurs des data center , perdent ainsi en efficacité et se dégradent plus rapidement en cas de chaleur extrême . Les machines génèrent de plus leur propre chaleur, ce qui augmente encore la température ambiante autour d’elles. Nous sommes chercheurs en ingénierie et nous étudions comment les dispositifs mécaniques, électriques et électroniques sont affectés par la chaleur, et s’il est possible de r

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin du VHS

La bonne vieille cassette VHS vient de fêter ses 30 ans le mois dernier. Certes, il y avait bien eu des enregistreurs audiovisuels avant septembre 1976, mais c’est en lançant le massif HR-3300 que JVC remporta la bataille des formats face au Betamax de Sony, pourtant de meilleure qualité. Ironie du sort, les deux géants de l’électronique se retrouvent encore aujourd’hui face à face pour déterminer le format qui doit succéder au DVD (lire encadré). Chassée par les DVD ou cantonnée au mieux à une petite étagère dans les vidéoclubs depuis déjà quatre ans, la cassette a vu sa mort programmée par les studios hollywoodiens qui ont décidé d’arrêter de commercialiser leurs films sur ce support fin 2006. Restait un atout à la cassette VHS: l’enregistrement des programmes télé chez soi. Las, l’apparition des lecteurs-enregistreurs de DVD et, surtout, ceux dotés d’un disque dur, ont sonné le glas de la cassette VHS, encombrante et offrant une piètre qualité à l’heure de la TNT et des écrans pl

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

De quoi l’inclusion numérique est-elle le nom ?

Les professionnels de l'inclusion numérique ont pour leitmotiv la transmission de savoirs, de savoir-faire et de compétences en lien avec la culture numérique. Pexels , CC BY-NC Par  Matthieu Demory , Aix-Marseille Université (AMU) Dans le cadre du Conseil National de la Refondation , le gouvernement français a proposé au printemps 2023 une feuille de route pour l’inclusion numérique intitulée « France Numérique Ensemble » . Ce programme, structuré autour de 15 engagements se veut opérationnel jusqu’en 2027. Il conduit les acteurs de terrain de l’inclusion numérique, notamment les Hubs territoriaux pour un numérique inclusif (les structures intermédiaires ayant pour objectif la mise en relation de l’État avec les structures locales), à se rapprocher des préfectures, des conseils départementaux et régionaux, afin de mettre en place des feuilles de route territoriales. Ces documents permettront d’organiser une gouvernance locale et dé