Accéder au contenu principal

Présidentielle : l’application Elyze ambitionne de reconnecter les jeunes avec la politique

 

elyze

Comment reconnecter les jeunes à la politique ? Comment convaincre les 18-24 ans que la politique n’est pas vaine pour faire bouger les choses, que le vote à la prochaine élection présidentielle est important s’ils veulent faire entendre leur voix ? Alors que 87 % des 18-25 ans n’ont pas voté aux dernières élections régionales en juin dernier, et que 64 % d’entre eux « montrent des signes d’une impressionnante désaffiliation politique » selon une récente enquête de l’Institut Montaigne (lire ci-dessous), les initiatives se multiplient, en l’absence notamment d’une grande campagne d’information civique gouvernementale.

Les états-majors des candidats, notamment celui de Jean-Luc Mélenchon, multiplient les actions sur les réseaux sociaux, de Twitch à TikTok. Mais des projets citoyens ont également vu le jour comme l’application Elyze à installer sur son smartphone. Celle-ci reprend le fonctionnement de l’application de rencontres Tinder et son célèbre swipe, ce geste avec lequel on glisse à droite ou à gauche pour refuser ou accepter le profil que l’on voit. Dans Elyze, les profils sont remplacés par les propositions des candidats : on peut dire qu’on les aime, qu’on s’y oppose ou ne pas y répondre. Au bout de 100 réponses, l’utilisateur peut consulter son podium personnel et savoir assez précisément de quel candidat il est le plus proche politiquement.

Plus d'un million de téléchargements

Les créateurs de l’application, dont Grégoire Cazcarra, étudiant et fondateur en 2017 du mouvement citoyen apolitique « Les Engagés », ont été débordés par le succès surprise de leur application qui s’est hissée à la première place des magasins d’applications selon AppAnnie et à la 13e mondiale début janvier. Ils escomptaient 20 000 téléchargements, ils ont dépassé le million. Un succès qui s’est accompagné de virulentes critiques sur la sécurité insuffisante de l’application – une faille avait été détectée par un spécialiste – et sur le devenir des données des utilisateurs, hautement sensibles sur lesquelles la Cnil s’est penchée. Aujourd’hui tout est rentré dans l’ordre assure le Toulousain Alexis Costa, l’un des 30 membres de l’équipe et directeur de développement national chez « Les Engagés. »

« Dans les CGU on avait précisé que la vente de données aurait pu être possible même si ce n’était pas notre objectif. On demandait la date de naissance, le code postal et le genre, des données qui étaient facultatives. Pour prouver notre bonne foi, nous avons supprimé toutes les données que nous avions collectées et rendu open source l’application pour avoir des retours de développeurs », précise à La Dépêche Alexis Costa.

À ce jour l’application recense 500 propositions émises par les candidats à l’élection présidentielle. L’équipe d’Elyze met à jour cette base au fur et à mesure que la campagne avance.

Quant à ceux qui critiquent l’application pour son côté trop ludique et estiment que ce n’est pas avec de la technologie que l’on redonnera le vrai goût de la politique, bien plus complexe qu’un swipe, l’équipe d’Elyze ne veut pas polémiquer. « Je comprends tout à fait. Mais ce n’est qu’un outil, une aide qui ne remplace ni les programmes, ni les débats », répond Alexis Costa.


18-24 ans : l’inquiétante désaffiliation politique

L’Institut Montaigne vient de publier « Une jeunesse plurielle. Enquête auprès des 18-24 ans », une étude approfondie de la jeunesse française, réalisée par Olivier Galland, directeur de recherche émérite au CNRS et sociologue spécialiste des questions de jeunesse et Marc Lazar, professeur d’histoire et de sociologie politique à Sciences Po Paris et Senior Fellow à l’Institut Montaigne. Réalisée au mois de septembre 2021 auprès de 8 000 jeunes Français, cette enquête s’est intéressée aux difficultés ressenties par la jeunesse française dans la vie quotidienne, aux effets de la crise du Covid-19, à ses orientations sociétales et politiques. Sur ce dernier point, les auteurs alertent sur une inquiétante « désaffiliation » des jeunes. L’étude fait, en effet, apparaître « une pluralité de jeunesses » réparties en quatre catégories de jeunes : les démocrates protestataires, les révoltés, les désengagés et les intégrés transgressifs.

Les premiers, les démocrates protestataires, représentent 39 % de la jeunesse. « L’appellation de ce premier groupe, apparemment oxymorique, tend à invalider la thèse selon laquelle l’émergence d’une culture protestataire se substituerait à une participation politique conventionnelle. L’enquête montre au contraire que la culture protestataire (participation à des manifestations, signature de pétitions etc.) se cumule, pour ce groupe de jeunes, à un exercice plus conventionnel de participation à la vie démocratique du pays. Ces jeunes sont davantage intéressés que les autres par les questions sociétales, et s’ils ne se contentent plus de l’exercice du droit de vote pour peser sur la destinée de leur pays, ils rejettent pour autant la violence politique en restant attachés au modèle démocratique représentatif. »

Les révoltés, qui représentent 22 % de la jeunesse. « Ces jeunes sont davantage que les autres en détresse psychologique et en situation matérielle difficile. Ils sont favorables à un changement radical, de nature révolutionnaire, de la société, et prêts à justifier la violence politique pour y parvenir. »

Les désengagés représentent 26 % des jeunes. Ils sont en retrait sur toutes les questions sociétales et politiques.

Enfin, les intégrés transgressifs représentent 13 % des jeunes. « Malgré de nombreux signes d’intégration économique et sociale, ils semblent gagnés par une culture transgressive en matière de respect des règles en montrant une plus grande tolérance à l’égard des comportements violents et déviants. »


Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho