Accéder au contenu principal

Successeur du Concorde : l’avion supersonique est-il encore pertinent ?

overture

Le Concorde va-t-il avoir un successeur ? La question est toujours posée depuis l’arrêt de l’exploitation par Air France et British Airways du mythique avion supersonique franco-britannique, en 2003. Concorde était sur la sellette depuis le crash survenu à Gonesse le 25 juillet 2000 lorsque l’avion s’était écrasé sur un hôtel, provoquant la mort de 113 personnes (cent passagers, neuf membres d’équipage et quatre personnes au sol). Mais l’aura de l’avion supersonique est restée vive à tel point que de nombreux projets pour imaginer un nouveau Concorde, plus moderne et plus sûr ont vu le jour. Tous se sont fracassés sur le mur de réalités financières ou économiques, aussi complexes les unes que les autres. Mais certains croient encore à la pertinence d’avoir un avion supersonique, à rebours de l’époque qui fustige les déplacements en avion, notamment ceux des jets, trop onéreux et trop polluants.

Parmi ceux qui croient encore en un nouveau Concorde figure Blake Scholl, le PDG fondateur de Boom Supersonic. Ni la pandémie de Covid-19, ni les déboires des projets concurrents dont celui du favori Aerion, n’ont douché l’enthousiasme de ce jeune PDG passé par Amazon et qui a fondé sa start-up aéronautique à Denver (Colorado) en 2014. C’est d’ailleurs ses contacts dans le monde numérique et dans la Silicon Valley qui apportent à Blake Scholl ses premiers investissements. Boom Supersonic lève en 2019 quelque 87 millions d’euros et reçoit le soutien de plusieurs fonds d’investissement et de groupes technologiques américains comme Google, Airbnb et ou Dropbox. Boom noue par ailleurs un partenariat avec Prometheus, un spécialiste des biocarburants et développe des process pour limiter la consommation, notamment avec l’abandon de la postcombustion.

Europe-USA en 3h30

En octobre 2020, Boom présente un premier prototype baptisé XB-1, capable de voler à Mach 2,2, soit deux fois la vitesse du son, ce qui lui permettrait de relier le Vieux continent à New York en 3 h 30, emmenant 55 personnes dans sa cabine futuriste. Boom rêve alors de voir des vols commerciaux vers 2030 et séduit déjà des compagnies comme Virgin Atlantic et Japan Airlines qui précommandent respectivement 10 et 20 exemplaires du supersonique. En juin 2021, la société frappe un grand coup : un engagement d’achat de la compagnie américaine United pour 15 appareils, plus 35 en option.

Le 19 juillet dernier, au salon aéronautique de Farnborough, Boom franchit une étape importante en dévoilant le design définitif de l’avion, rebaptisé Overture, après 51 versions et 26 millions d’heures de simulation logicielle et cinq tests de souffleries ! Élégant, élancé avec ses quatre moteurs et ses ailes « de mouette », l’appareil sera capable de transporter de 65 à 80 passagers à la vitesse supersonique de Mach 1,7, soit 2 100 km/h.


« C’est comme si le Concorde et le 747 avaient eu un bébé », s’amuse Blake Scholl, qui revendique une filiation avec le Concorde. « 707… 747… Concorde… Overture. Le prochain avion emblématique », réagit le PDG à une publication du compte Twitter d’United qui montre une vue d’un Overture aux couleurs de la compagnie. Boom supersonic espère réaliser le premier vol d’Overture d’ici 2026 et recevoir une certification lui permettant d’effectuer des vols commerciaux d’ici 2029.

À Farnborough, Boom Supersonic a dévoilé aussi le nom de nouveaux partenaires qui l’accompagneront : Eaton pour les systèmes de carburant, Collins Aerospace pour les principaux systèmes de l’avion et Safran Landing Systems pour le freinage et le train d’atterrissage. « C’est une occasion unique d’apporter notre expertise pour un produit qui, selon nous, a la capacité de transformer complètement le transport aérien des passagers », s’est félicité Cédric Goubet, PDG de Safran Landing Systems.

Une version militaire

Boom a également annoncé un autre partenariat très important avec Northrop Grumman Corporation. Les deux sociétés « travailleront ensemble pour offrir au gouvernement américain et à ses alliés un avion de mission spéciale supersonique. » Car à côté de l’avion supersonique civil un Overture militaire pourrait bien voir le jour. « Le temps est un avantage stratégique dans les scénarios à conséquences importantes. Doté de capacités spéciales, l’aéronef pourrait être utilisé pour livrer du matériel médical, procéder à des évacuations médicales d’urgence ou à la surveillance de zones bien plus larges qu’un avion conventionnel », a expliqué Boom Supersonic.


Depuis la fin du Concorde de multiples projets

Donner un successeur au Concorde : cet objectif a été poursuivi par de nombreuses sociétés, dont beaucoup ont jeté l’éponge tant devant les difficultés techniques que les perspectives incertaines d’obtenir des débouchés commerciaux pour un avion supersonique forcément hors normes. Parmi les nombreux projets en lice, celui d’Aerion semblait très prometteur. La société américaine Aerion Corporation travaillait depuis plusieurs années sur un modèle de jet d’affaires supersonique, l’AS2. Silencieux, capable de voyager deux fois plus rapidement que les avions commerciaux actuels (1,4 Mach, soit 1 715 km/h), cet avion devait effectuer des essais en vol d’ici 2024 pour une commercialisation en 2026. Aerion avait séduit Lockheed Martin, GE Aviation et surtout le géant Boeing. Mais Aerion n’a pas survécu à la pandémie et la société a été liquidée en 2021.

Spike Aerospace, basé à Boston, travaille toujours de son côté sur un avion d’affaires supersonique baptisé S-512. La société californienne Exosonic conçoit un avion supersonique sans équipage qui, espère-t-elle, conduira à un avion de ligne supersonique silencieux. Mais de tous, c’est bien Boom qui est le plus avancé.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho