Accéder au contenu principal

Peer Community In, un système alternatif de publication scientifique


Le projet a germé en 2016 suite à la prise de conscience des dérives du système de publication scientifique. Brendan Howard/Shutterstock
Par Denis Bourguet, Inrae; Etienne Rouzies, Université de Perpignan et Thomas Guillemaud, Inrae

En 2017, trois chercheurs d’INRAE (Institut National de Recherche pour l’Agriculture, l’Alimentation et l’Environnement), Denis Bourguet, Benoit Facon et Thomas Guillemaud, fondent Peer Community In, un service de recommandation de preprints (le preprint ou prépublication est une version d’un article qu’un scientifique soumet à un comité de lecture) basé sur des évaluations par les pairs. Les articles validés ainsi que les évaluations et les données, codes et scripts afférents sont déposés en libre accès. PCI ouvre la voie à une réappropriation par les chercheurs de leur système d’évaluation et de publication et une plus grande transparence dans la chaîne de production des savoirs.

Naissance du projet

L’idée du projet a germé en 2016 suite à la prise de conscience des dérives du système de publication scientifique qui présente notamment deux problèmes importants : la majeure partie des publications ne sont pas libres d’accès et les frais de publication et d’abonnement sont extrêmement onéreux pour les institutions.

En effet, même en France où le mouvement pour la science ouverte s’est accéléré ces dernières années, la moitié des publications restent protégées par des droits d’accès. Elles ne sont donc pas librement accessibles pour les citoyens, les journalistes et tous les scientifiques qui dépendent d’institutions qui n’ont pas les moyens de s’abonner aux revues scientifiques. Cette entrave à la libre circulation de l’information scientifique est un frein à la circulation et au partage des connaissances scientifiques et des idées.

Par ailleurs, au niveau mondial, le chiffre d’affaires de l’industrie de publication d’articles scientifiques en science, technique et médecine est d’environ 10 milliards de dollars US pour 3 millions d’articles publiés. C’est considérable, d’autant plus que les marges bénéficiaires réalisées par les grandes maisons d’édition atteignent, en moyenne, 35 à 40 % ces dernières années. Ayant pris connaissance de ces coûts et de ces marges, les fondateurs de PCI ont souhaité offrir aux scientifiques et aux institutions les moyens de se réapproprier le système de publication. Ainsi est née, en 2017, l’initiative Peer Community In (PCI).

Auto-organisation des communautés scientifiques

PCI organise des communautés de scientifiques qui évaluent et valident publiquement des preprints dans leur champs thématiques. L’évaluation se déroule comme dans des revues scientifiques classiques. Sur la base d’une évaluation par les pairs (peer review), les éditrices et éditeurs (dénommés « recommenders ») qui se chargent de l’évaluation d’un preprint soumis à une PCI décident, après un ou plusieurs séries d’évaluation, de rejeter ou d’accepter l’article. En cas d’acceptation, et à la différence de pratiquement toutes les revues traditionnelles, l’éditrice ou l’éditeur rédige un texte de recommandation, expliquant le contexte et les qualités de l’article.

Ce texte de recommandation, ainsi que tout le processus éditorial (reviews, décisions éditoriales, réponses des autrices et auteurs…), est publié sur le site de la PCI qui a organisé l’évaluation du preprint. Cette transparence est là aussi assez unique dans le système de publication actuel.

La version finale, validée et recommandée de l’article, est quant à elle déposée sans frais par les autrices et auteurs sur le serveur de preprint ou sur l’archive ouverte. Les articles validés, déposés sur les serveurs de preprints ou dans les archives ouvertes sont libres d’accès : tout le monde peut les lire.

Une révolution dans la production scientifique

PCI rend inutile la publication dans un journal. La version finale et recommandée du preprint, de facto validée par les pairs, peut en effet être citée dans la littérature. Les preprints recommandés par PCI sont d’ailleurs reconnus, notamment en France, par plusieurs institutions et comités d’évaluation et de recrutement au CNRS. En Europe, les preprints reviewés sont reconnus par la commission européenne, et plusieurs agences nationales de financement comme le Wellcome Trust, La fondation Bill et Melinda Gates, etc.

L’autre originalité de PCI est qu’il permet de séparer l’évaluation par les pairs de la publication. La validation/recommandation d’un preprint par PCI n’empêche pas les autrices et auteurs de soumettre ce preprint pour publication dans une revue scientifique. D’ailleurs, un grand nombre de revues se déclarent publiquement « PCI-friendly » dans le sens où, lorsqu’elles reçoivent des soumissions de preprints préalablement recommandés par PCI, elles tiennent compte des évaluations déjà réalisées par PCI pour accélérer leur décision éditoriale.

2021, lancement de Peer Community Journal : une nouvelle étape

Au départ, l’intention de cette initiative était de s’en tenir uniquement à l’évaluation et la recommandation de preprints par les PCIs. Malgré ça, il peut être frustrant de voir son preprint recommandé dans les serveurs de preprints (car ces preprints, pourtant évalués et recommandés, sont encore mal indexés et ne sont pas toujours reconnus comme de véritables articles) ou d’avoir à les soumettre pour publication dans des journaux avec le risque de repartir pour un tour d’évaluation. La création de Peer Community Journal permet ainsi de publier directement et sans condition un article recommandé par une PCI thématique.

Peer Community Journal est une revue diamant, c’est-à-dire une revue qui ne fait pas payer de frais de publication aux autrices et auteurs et qui publie les articles systématiquement en accès ouvert. Les articles peuvent donc être librement consultés sur le site du journal sans abonnement et sans restriction d’accès. Peer Community Journal est une revue généraliste qui comprend pour l’instant 16 sections - correspondants aux 16 PCIs thématiques actuelles - dans lesquelles peuvent être publiés tout preprint recommandé par une PCI thématique.

PCI : un modèle innovant en progression

PCI a fait des émules : 16 PCIs thématiques ont été créés (par exempt PCI Evolutionary Biology, PCI Ecology, PCI Neuroscience, PCI Registered Reports…) et d’autres PCIs sont en projet. Ces 16 PCIs regroupent 1900 personnes côté édition, 130 membres de comités éditoriaux et plus de 4000 scientifiques utilisatrices et utilisateurs. PCI et Peer Community Journal sont reconnus par 130 institutions et la moitié de ces institutions - dont l’Université de Perpignan Via Domitia - soutient cette initiative financièrement. La proportion d’universitaires français qui connaissent et/ou utilisent PCI est très variable suivant les communautés. Pour les communautés qui ont une PCI (par exemple, la communautés en écologie ou en biologie évolutive, avec PCI Ecology et PCI Evol Biol) la proportion est très élevée (probablement >50 % des scientifiques de ces communautés connaissent maintenant PCI). Pour les communautés qui n’ont pas encore de PCI, cette proportion reste très faible. À ce jour, >600 articles ont été reviewés par PCI. La biologie domine largement, mais d’autres disciplines émergent comme l’archéologie et les sciences du mouvement. La marge de progression est encore importante : l’enjeu est que ceux qui connaissent s’investissent encore davantage et que les scientifiques de champs disciplinaires non couverts par les 16 PCI créent une PCI dans leur domaine.

À l’échelle internationale, d’autres initiatives de science ouverte ont vu le jour, mais aucune ne ressemble véritablement à PCI. La plupart se limitent à des offres - souvent directement ou indirectement payantes - de peer reviews de preprints, mais sans décision éditoriale (comme Review Commons ou PreReview) et ne viennent donc pas chambouler le système de publication actuel.

Si la dynamique de PCI est indéniablement croissante avec plus de 10000 visiteurs différents par mois sur l’ensemble des sites des PCIs, la création de Peer Community Journal montre que le système classique de publication reste d’actualité et risque sans aucun doute de perdurer à moyen terme, même si l’on peut espérer que la validation des preprints offerte par les PCIs devienne un modèle suffisant, car plus économe et transparent à tout point de vue.

En attendant, PCI et Peer Community Journal offrent une alternative crédible pour publier en accès ouvert diamant, sans frais pour les autrices et auteurs, et en accès gratuit. Les temps changent et de nombreuses institutions et universités, face à l’inflation démesurée et injustifiée des abonnements et des frais de publication, soutiennent la montée en puissance des journaux diamants. PCI et Peer Community Journal s’inscrivent dans cette dynamique en offrant à toutes les communautés scientifiques qui le souhaitent les moyens de se fédérer pour se réapproprier leur système d’évaluation/publication.

Science et Société se nourrissent mutuellement et gagnent à converser. La recherche peut s’appuyer sur la participation des citoyens, améliorer leur quotidien ou bien encore éclairer la décision publique. C’est ce que montrent les articles publiés dans notre série « Science et société, un nouveau dialogue », publiée avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.The Conversation

Denis Bourguet, Directeur de recherches, Inrae; Etienne Rouzies, Conservateur des bibliothèques, Référent Science ouverte, Université de Perpignan et Thomas Guillemaud, Directeur de recherches, Inrae

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho