Le Bac avec internet pendant les épreuves?

Et si on autorisait les candidats au Baccalauréat à utiliser internet durant les épreuves ? La question paraît bien moins saugrenue qu'il y paraît et, à l'heure de l'harmonisation européenne, le Danemark vient d'ouvrir le débat en autorisant, de façon expérimentale, ses lycéens à utiliser une connexion à internet durant leurs examens. La mesure pourrait être généralisée en 2011 si ces tests sont concluants, a annoncé début mai la ministre Søren Vagner.
Afin d'empêcher le risque de tricheries et de plagiats, les élèves ne pourront pas communiquer entre eux en utilisant l'e-mail ou la messagerie instantanée, ni avoir recours à des traducteurs automatiques. Les copies devront être remises au format numérique et les professeurs auront accès à l'historique des sites web consultés par les élèves. De plus, des contrôles aléatoires des écrans seront effectués durant les épreuves.
« C'est un très bon projet, les examens doivent refléter la réalité. Lorsque vous écrivez des articles ou des rapports au travail, vous avez également accès à l'internet », affirme Mina Bernardini, présidente d'une association de parents d'élèves. Assurés de disposer des outils permettant de détecter toute tricherie, les représentants des enseignants sont plutôt favorables à cette initiative même si cela suppose une réelle refonte des examens, comme cela s'était produit lors de l'autorisation de la calculatrice. Plutôt que la restitution d'un apprentissage par cœur de faits accessibles rapidement sur internet, les élèves danois devront davantage montrer leur capacité d'analyse, de mise en perspective, etc.
Et si c'était cela, la vraie réforme du bac ?

En attendant, on peut réviser sur le web

En attendant que l'accès à internet soit autorisé pendant les épreuves du bac comme au Danemark, les lycéens français peuvent toujours se servir d'internet en amont pour réviser. Le web regorge de sites pour trouver cours, conseils, annales ou corrigés. En voici 4 exemples.

BeeBac, le collaboratif. (www.beebac.com). Il s'agit d'un réseau social d'élève à élève qui font vivre le site en l'alimentant en cours, fiches ou astuces. Chaque document mis en ligne est vérifié par des professionnels de l'éducation, puis commenté par les élèves.

Le web pédagogique. (http://lewebpedagogique.com). Site éducatif gratuit, le web pédagogique propose une plate-forme de 5 000 blogs tenus par des professeurs s'adressant aux élèves ainsi qu'aux parents. Il permet de se préparer aux épreuves du baccalauréat à travers ses différents outils : forums, boîte à questions, documents, vidéos, etc. Il accueille aussi 300 vidéos, 1 500 questions de quizz, etc.

Expressbac, pour les annales. (www.expressbac.fr) Ce site propose en libre-service les annales du bac des dernières années, en métropole et à l'étranger, dans toutes les séries et pour toutes les matières. Les corrigés des épreuves sont proposés dans la plupart des cas. Également disponibles, les travaux pratiques corrigés pour les matières scientifiques, ainsi que les fonds de cartes en géographie pour les sections S et ES.

Le bac de français pas oublié. (www.bacdefrancais.net) Exclusivement consacré à l'épreuve du bac de français, il propose aux élèves de 1ere de nombreux textes et poèmes expliqués et commentés extraits des œuvres au programme. On y trouve aussi des conseils de méthode, un forum, et différentes rubriques pour se préparer à l'épreuve : histoire littéraire, figures de style, etc.

L'école rattrapée par la «génération Y»
Depuis le plan informatique pour tous (IPT) lancé par Laurent Fabius en 1984 avec ses fameux Thomson TO7 et MO5, l'école a souvent couru après les technologies de l'information et de la communication (TIC). Mais depuis plusieurs années maintenant, l'internet haut débit alimente toutes les classes, celles des petites communes rurales comme celles des grandes universités. Mais si cette fracture matérielle a été résorbée, il reste celle des usages. Entre les élèves de la « génération Y » qui sont nés avec un ordinateur et un mobile dans le berceau, qui passent des heures sur MSN, Facebook, Twitter ou les blogs Skyrock ; et leurs professeurs, le fossé culturel est parfois grand. L'initiative danoise - mais on pourrait aussi citer la refonte des programmes de l'école primaire au Royaume Uni centrés sur les TIC - a au moins le mérite de faire entrer de plain-pied dans l'école une culture numérique dans laquelle baignent quotidiennement les élèves et qui constituera pour eux un atout dans leur vie active future.

0 commentaires: