Tribune. La petite musique de Facebook

Par Fabrice SERGENT
Fondateur - Directeur Général du Groupe CELLFISH
Fondateur et ancien PDG de Club-Internet

Facebook va annoncer prochainement un renforcement de sa présence sur le marché de la musique. C’est important pour Facebook et pour le monde de la musique...

Avec ses 750 millions d’inscrits, Facebook n’est pas une plateforme inconnue des artistes et des fans, bien au contraire. Par le lancement des pages Artistes, des pages Fans et des boutons “ J’aime ”, Facebook a permis aux artistes d’établir leur présence sur sa plateforme et aux fans de manifester leur support. Ainsi, les artistes ont-ils accumulé de nombreux “ Fans ”, par millions parfois comme David Guetta (plus de 20 millions), Rihanna (45 millions) ou encore Justin Bieber (35 millions). Bien plus nombreux d’ailleurs que les fans accumulés via d’autres plateformes comme Myspace.

Facebook pour autant a choisi d’accélérer sur la musique en dépassant son positionnement “ d’utilitaire social ”. C’était déjà le cas pour le jeu que Facebook a très tôt identifié comme un attracteur et un lien entre les utilisateurs. Il a ainsi facilité l’émergence de nouveaux éditeurs comme Zynga qui a permis en retour d’augmenter le temps de présence passé par les utilisateurs sur la plateforme, leur fidélité et le caractère viral de la plateforme.


Quoi de plus fondamentalement sociale que la musique ?

La musique semble offrir un potentiel comparable au jeu en termes d’usage, de fidélisation et d’échange entre les utilisateurs. La musique est un lien universel que les réseaux sociaux (Facebook, Twitter et Myspace) peuvent propager et développer. Mais jusqu’ici, la musique a déferlé sur le Web de façon très virale et sociale, facilitant la promotion des artistes mais aussi l’usage de plateformes d’échanges illégales.

Ce qui semble intéressant et important dans le dispositif envisagé par Facebook, c’est la création d’un environnement facilitant le partage, la promotion des artistes mais aussi la monétisation de la musique.

Cette préoccupation économique a très tôt existé dans le domaine du jeu où Facebook est devenu une vraie plateforme de distribution mais aussi de création de revenus via Facebook Credits. Il suffit de regarder Zynga dont les revenus ont explosé en moins de deux ans par la vente de Virtual Goods et ce, par centaine de millions de dollars.

Facebook va-t-il faciliter la monétisation de la musique comme il l'a fait pour les jeux ?

Il semble déjà que de nombreux acteurs parient sur l’impact important de ces initiatives : on a assisté ces deux dernières années à l’arrivée de nouveaux acteurs de l’abonnement musical et plus récemment au lancement réussi de Spotify aux Etats-Unis. Cette forme de vente que d’autres avaient tentée depuis de nombreuses années sur le Web (Rhapsody, EMusic..) semble croire à une nouvelle vie via les réseaux sociaux à travers la création de start-up comme Rdio ou MOG soutenues par les Venture Capital Fund les plus prestigieux.

La promotion des artistes, la vente de merchandising ou de billets, la promotion des concerts est un secteur également en pleine évolution grâce a ReverbNation, Root Music (qui vient de lever 16m$), Turntable.fm ou BandsInTown, le leader du Live et des concerts sur Facebook qui a récemment été acquise par Cellfish.

Nouveaux financements de start-up, lancements ambitieux de nouveaux projets permettant la découverte ou la promotion des artistes, soutien de plateformes comme Facebook ou Twitter, fusions et acquisitions. Peut-être un vent de fraîcheur dans l’industrie de la musique ?!

On y croit et pensons que le bal ne fait que commencer…
…Stay tuned !

0 commentaires: