Accéder au contenu principal

Métavers : mirage ou eldorado d'un monde virtuel ?

 

metavers

L’annonce de Facebook, lundi dernier, de créer 10 000 emplois en Europe pour travailler sur la création de son métavers a surpris par son ampleur mais aussi piqué la curiosité de tous ceux – la majorité d’entre nous – qui ne savent pas ce qu’est un métavers, considéré par les autres géants du web et du jeu vidéo comme le prochain grand saut technologique dans l’évolution d’internet.

Le métavers, contraction de méta-univers (« metaverse » en anglais) est un double numérique du monde physique, un espace numérique accessible par internet. Mais là où actuellement on reste devant son ordinateur (ou son smartphone) à consulter des sites web via un navigateur, avec le métavers on « entre » dans les sites web : grâce à un casque de réalité virtuelle, on se retrouve plongé dans un environnement en trois dimensions, passant d’une boutique (virtuelle) à un parc d’attractions (virtuel), assistant à un concert ou une conférence, etc. Un véritable nouveau monde numérique dont la concrétisation reste encore à réaliser et qui suscite de nombreuses interrogations, certains y voyant un nouvel eldorado commercial, d’autres un mirage voué à l’échec ou un enfer numérique.

Le métavers, un concept né en 1992

Le concept du métavers, pourtant, n’est pas nouveau, il a même trente ans. Le terme métavers a été imaginé par l’auteur de science-fiction Neal Stephenson dans son ouvrage Snow Crash, (Le Samouraï virtuel), paru en 1992. Le héros, un hacker, peut se connecter à un univers virtuel et avoir des interactions avec d’autres protagonistes, tous représentés par des avatars. On peut considérer que Stephenson a anticipé le web, les réseaux sociaux. Il a en tout cas nourri toute la culture de mondes parallèles de science-fiction que l’on a retrouvée dans de nombreux films comme Matrix, ExistenZ, Real Player One où les personnages s’immergent dans des univers virtuels et s’échappent d’un monde réel plus funeste.

L’idée de créer ces mondes virtuels a mobilisé très tôt le secteur des jeux vidéo. On a ainsi vu apparaître des jeux comme les Sims, Clash of Clans, Fortnite, et plus généralement tous les jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs (dits MMORPG) comme World of Warcraft. Mais le joueur reste devant son écran pour jouer.

Une première tentative de mode virtuel en 1997 avec Canal+

Recréer un monde virtuel copie du monde réel avec des boutiques, des cinémas, etc. a pourtant déjà été tenté… en France. En 1997, Canal + lance « Le deuxième monde », une petite révolution (lire ci-dessous). En 2003, c’est Second Life (Deuxième vie), premier véritable métavers avec une monnaie locale, le Linden Dollar. Pour l’un comme pour l’autre, on est passé de l’engouement au désintérêt, car la technologie n’était pas à la hauteur, la relation homme-machine trop tributaire de l’écran et du clavier de l’ordinateur et l’émergence des réseaux sociaux (Facebook est créé en 2004) apporte de meilleures réponses aux interactions sociales.

Vingt ans après Second Life, le marché a bien, changé. L’équipement informatique et la puissance des appareils, l’internet à haut débit généralisé, l’arrivée de casques de réalité virtuelle plus abordables et demain plus autonomes, mais aussi la pandémie de Covid-19 qui a rebattu les cartes des interactions physiques et du cybercommerce changent la donne et les géants du numérique, aux Etats-Unis comme en Chine, investissent des milliards de dollars pour ne pas rater ce qui pourrait être la nouvelle grande révolution d’internet.

Pour Facebook, le métavers est l’opportunité de sortir des polémiques à répétition sur son impact néfaste sur les démocraties et aussi l’occasion de montrer que la firme de Mark Zuckerberg est aux avant-postes de l’innovation technologique. Facebook a racheté dès 2014 Oculus VR, créateur du casque de réalité virtuelle éponyme, et dès juillet dernier « Zuck » avait livré sa vision de ce que pourrait être le métavers. 

Le marché du métavers atteindra 800 milliards de dollars d’ici 2024

« Notre prochain chapitre est de passer d’une entreprise de médias sociaux à une entreprise métaverse », expliquait-il dans une longue interview au site spécialisé The Verge, quelques jours avant le lancement mi-août d’Horizon Workrooms, une nouvelle application de réalité virtuelle dédiée au télétravail.

Facebook assure vouloir n’être qu’un acteur parmi d’autres pour construire le métavers. Mais le risque de voir émerger plusieurs métavers est bien là. Car le géant californien de Menlo Park trouvera sur sa route les chinois Tencent ou Alibaba, des acteurs du jeu vidéo comme Fortnite et sans doute les autres géants des GAFAM. Selon une étude de Bloomberg Intelligence publiée cette année, le marché du métavers atteindra 800 milliards de dollars d’ici 2024.

La bataille du métavers ne fait que commencer.



Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Univers parallèles et mondes virtuels : la guerre des métavers est commencée

  Une partie de poker dans le métavers (capture d'écran de la vidéo “Le métavers et comment nous allons le construire ensemble” sur YouTube) Par  Oihab Allal-Chérif , Neoma Business School Le 17 octobre 2021, Mark Zuckerberg a lancé les hostilités de manière assez théâtrale, comme s’il défiait ses concurrents d’en faire autant. Afin de concrétiser son rêve d’enfant, le métavers, il a décidé de mettre en œuvre des moyens colossaux : 10 000 ingénieurs hautement qualifiés seront recrutés en Europe dans les 5 prochaines années. Cette annonce a été faite quelques jours avant celle du changement de nom du groupe Facebook en Meta , le 28 octobre, démontrant ainsi l’engagement total du fournisseur de réseaux sociaux dans la transition vers le métavers. Le 22 juillet 2021, dans une interview à The Verge , le créateur de Facebook racontait : « Je pense à certains de ces trucs depuis le collège quand je commençais tout juste à coder. […] J’écrivais du code

Sans Sauvegarde, pas de cyber-résilience

Par Alexandra Lemarigny, directrice commercial Europe du Sud Opentext Security Solutions Les études diverses sur les habitudes de sauvegarde des entreprises et leurs collaborateurs sont sans équivoque : très majoritairement, elles ne s’attardent vraiment sur ces questions de sauvegarde ou de récupération qu’en cas d’incidents. Pourtant la sauvegarde est l’élément majeur des dispositifs de cyber-résilience, à savoir la capacité à rester opérationnel, même face aux cyberattaques et à la perte de données. La sauvegarde n’est pas suffisamment considérée Dans les faits, force est de constater que la sauvegarde n’est pas envisagée dans son entièreté par les entreprises qui n’ont pas eu à subir d’accidents et il est fréquent qu’elles ne sauvegardent pas les éléments les plus pertinents. A titre d’exemples une entreprise peut ne sauvegarder qu’un ou deux serveurs, ou un élément qu’elle a identifié comme critique quelques années auparavant. Certaines ne tiennent pas compte de l’évolution de leu

Implants cérébraux : la délicate question de la responsabilité juridique des interfaces homme-machine

Dans le film Transcendance , de Wally Pfister, sorti en 2014, le héros mourant transfère son esprit dans un ordinateur quantique. Wally Pfister, 2014 Par  Elise Roumeau , Université Clermont Auvergne (UCA) Depuis quelques années, Elon Musk ne cesse de faire des annonces relatives à des avancées technologiques. Voitures autonomes , voyages interplanétaires , interface homme-machine , achat du réseau social Twitter… rien ne semble arrêter l’homme d’affaires. Aucun obstacle technique, géographique, physiologique ne lui semble infranchissable. Pourtant, ses projets pourraient, à court terme, poser de véritables difficultés du point de vue juridique. La recherche d’une fusion entre le cerveau et l’intelligence artificielle Avec Neuralink, l’un des objectifs visés par Elon Musk est de créer une interface entre l’humain et la machine . À plus ou moins court terme, le projet porte sur le développement d’implants cérébraux pour pallier des troubles neur

Sondage : quatre Français sur dix craignent le vol d'identité

Selon un sondage représentatif commandé par le fournisseur de messagerie GMX , de nombreux internautes français sont préoccupés (31%), voire très inquiets (9%), d'être victimes d'un vol d'identité. La majorité craint que des inconnus puissent faire des achats (52%) avec leur argent. Dans le cas d'une usurpation d'identité, les criminels accèdent aux comptes en ligne et agissent au nom de leurs victimes. De nombreuses personnes interrogées craignent que des inconnus signent des contrats en leur nom (37 %), que des escrocs utilisent l'identité volée pour ouvrir de nouveaux comptes (36 %) et que des informations les plus privées tombent entre des mains étrangères ou soient rendues publiques (28 %). Besoin de rattrapage en matière de sécurité des mots de passe Il est urgent de rattraper le retard en matière d'utilisation de mots de passe sûrs selon GMX : 34 % des utilisateurs d'Internet en France utilisent dans leurs mots de passe des informations personnell

Sources d’information et orientation politique : ce que nous apprend Twitter

  Par  Laura Hernandez , CY Cergy Paris Université et Rémi Perrier , CY Cergy Paris Université Plusieurs études du discours médiatique ont mis en lumière, par des analyses quantitatives et qualitatives, des soutiens à peine voilés de certains médias envers certains courants politiques . Et si l’on inversait la question ? Bien qu’on ait tendance à considérer, par exemple, qu’un lecteur régulier du Figaro s’oriente politiquement à droite, peut-on établir des corrélations à grande échelle entre choix de sources d’information et orientation politique ? Des études basées sur des enquêtes d’opinion ont montré notamment la part grandissante des réseaux sociaux dans la diffusion de l’information et le rôle qu’ils jouent dans la formation de l’opinion publique depuis une décennie, à l’image des évolutions observées lors de deux dernières élections aux États-Unis (voir ici et ici ). Les médias traditionnels ont intégré cette donnée et utilisent les réseaux sociaux en se faisant l’écho