Mobiles : vers la guerre des prix

Le marché de la téléphonie mobile et de l'accès à internet haut débit va-t-il s'orienter vers une guerre des prix ? Il est encore trop tôt pour le dire, mais plusieurs signaux montrent que les choses vont bouger et que les consommateurs français vont peut-être voir enfin leur facture baisser.
Alors que se profile l'arrivée en France d'un 4e opérateur de téléphonie mobile - Free et Virgin sont candidats à l'achat de la licence - censé favoriser la concurrence, c'est Bouygues Télécom qui a ouvert les hostilités jeudi en lançant une offre inédite .
Baptisée « Ideo », celle-ci propose une box « BBox » pour un accès internet ADSL haut débit, la téléphonie fixe en illimitée, un bouquet de quelque 90 chaînes de télé et, grande nouveauté, la téléphonie mobile. Le fournisseur d'accès à internet Alice, aujourd'hui dans le giron de Free, avait déjà inclus 4 heures de communications vers les mobiles depuis la box. Mais Bouygues va bien plus loin, car la partie mobile de son offre propose un forfait vraiment dans l'air du temps : 2 heures d'appels, des appels illimités le soir dès 18, 19 ou 20 heures et/ou le week-end, des SMS illimités, le web mobile et les e-mails illimités. Le tout facturé entre 44,90 € et 75,90 € par mois selon les options. Et pour 10 € de plus, on a droit à 3 heures d'appels entre la box et les mobiles. Du jamais vu en France
« Ideo permet de gagner jusqu'à 384 € par an sur son budget annuel », estime Bouygues Télécom, dernier arrivé sur le marché de l'ADSL et pas peu fier de son coup.
En lançant cette offre quatre-en-un très attendue par les consommateurs, Bouygues bouscule d'évidence un marché internet figé sur le tarif de 29,90 € mensuels inventé par Free et ouvre une brèche pour enfin baisser les prix de la facture mobile.
Car c'est bien sûr ce poste important du budget des ménages que le bas blesse. L'association de consommateurs UFC-Que Choisir dénonce depuis plusieurs années le manque de dynamisme du marché mobile en France, qui compte 58,2 millions de clients selon le dernier pointage de l'Observatoire de l'Arcep, le régulateur des télécoms. SMS toujours trop chers par rapport aux prix pratiqués chez nos voisins européens alors qu'ils ne coûtent presque rien aux opérateurs, prix de communication à la minute trop élevé, difficulté de résiliation des contrats, complexité des forfaits aux « options » parfois obligatoires, etc. N'en jetez plus.
Sous la pression des autorités européennes, les opérateurs ont récemment dû revoir à la baisse le prix des SMS et des appels entre pays de l'Union. Un premier pas mais insuffisant. C'est bien sur le marché intérieur français que les efforts doivent désormais porter et la guerre des prix qui se dessine pourrait accélérer le mouvement.

Les forfaits sociaux arrivent
Orange vient de lancer cette semaine un forfait mobile à 10 € par mois (40 minutes de communication, 40 SMS) pour les allocataires de minima sociaux ; SFR planche sur une offre sociale qui sera commercialisée d'ici l'été à 15,90 € et Bouygues propose la sienne depuis janvier à 14,90€. Les opérateurs sont-ils devenus philanthropes pour proposer de telles offres aux Français modestes ? La réalité est plus prosaïque. Baisse du pouvoir d'achat oblige, 26 % des Français envisagent de passer à un forfait mobile moins cher selon une étude Bain-Company. Et nombreux sont ceux qui s'orientent vers les opérateurs mobiles virtuels (MVNO), qui proposent de petits forfaits très avantageux pour qui téléphone peu. Avec leurs nouveaux forfaits pour personnes modestes - qui sont de toute façon prévus par la loi LME - les trois grands opérateurs visent donc à éviter la fuite d'une partie de leur clientèle. L'UFC Que Choisir a salué l'initiative d'Orange sur le mobile mais reste opposée à une autre idée de l'opérateur : une offre internet triple-play à 20 € mensuels pour le même public. L'UFC craint qu'Orange - seul opérateur à pouvoir faire cette offre - ne créé un monopole. Elle suggère que les offres d'accès à internet entrent dans le service universel pour qu'il se crée un tarif social comme pour la téléphonie fixe.

Comment payer moins cher
Payer moins cher sa facture mobile ? C'est possible en jouant sur plusieurs leviers.
1. Choisir un opérateur virtuel. Ces « petits » opérateurs construisent des offres simplifiées, souvent ciblées sur des niches de clientèle (jeunes, petits consommateurs, etc.) en louant le réseau de l'un des trois grands opérateurs. On peut citer par exemple NRJ Mobile qui joue sur les SMS illimités avec 2 places de concerts (à partir de 19,90 €/mois). Simpleo propose de construire votre forfait à partir d'un montant en euros donné et en jouant entre le nombre de minutes de communications et le nombre de SMS. Zeroforfait, comme son nom l'indique, propose une offre sans forfait avec des tarifs alléchants : 0,095€ par minute vers 5 numéros favoris, 0,19€ par minute pour les autres appels fixes ou mobiles ; et des SMS à 0,085€.
2. Résilier son abonnement pour passer à la concurrence. Mettre un terme à son contrat pour profiter des offres intéressantes réservées aux nouveaux abonnés est tentant. Mais beaucoup sont freinés par la complexité avérée ou supposée de la procédure de résiliation ; qui est d'ailleurs le 2e type des plaintes recensées par l'Association française des utilisateurs de télécommunications (Afutt). Les opérateurs virtuels l'ont bien compris et proposent de prendre en charge toute la procédure de résiliation et de portage du numéro ; c'est-à-dire la possibilité de changer d'opérateur sans changer de numéro. Plusieurs sites internet, moyennant quelques euros font de même en proposant des modèles de lettre de résiliation à télécharger. On peut citer notamment resilier.com ou meilleurmobile.com

3. Comparez les offres. Pour se retrouver dans la jungle des forfaits, on peut aller sur des sites internet comparatifs comme www.budget-telecom.fr ; www.edcom.fr ou www.forfaitmobile.com.


0 commentaires: