Paris sportifs en ligne : les secrets d'un bookmaker

Depuis avril 2010, les jeux en ligne (paris sportifs et poker) sont autorisés en France et l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) a agréé une vigtaine d'opérateurs dont le PMU et la Française des jeux qui dominent le secteur.
En 2010, le montant des mises effectuées par quelque 30 millions de joueurs français s'est élevé à 26,3 milliards d'euros. Un montant qui devrait être dépassé en 2011 avec l'arrivée de nouveaux jeux. Si le volume des paris sportifs en ligne a connu une baisse de 26 % au premier trimestre 2011 par rapport au 4e trimestre 2010, selon les chiffres de l'Arjel, parier sur internet reste un loisir toujours très prisé par les Français... à condition d'en connaître les ficelles.
Le livre de Quentin Toulemonde, "Les paris sportifs en ligne - Comprendre, jouer, gagner" (Editions Amphora, 24,90 euros) devrait largement y contribuer. In-play Trader chez Unibet, bookmaker basé à Londres, l’auteur, diplômé de l'École Polytechnique, des Ponts et Chaussées et de la London School of Economics, transmet le fruit de centaines d’heures de pratique du bookmaking au niveau professionnel. Animateur d'un blog spécialisé sur le sujet http://osportsbetting.wordpress.com, Quentin Toulemonde répond à toutes les questions que l'on se pose.
Qu’est-ce qu’un bookmaker ? Comment la législation française fonctionne-t-elle, et en quoi est-elle différente du reste de l’Europe ? Tous les bookmakers se valent-ils ? De quelle manière un bookmaker fixe-t-il ses cotes ? Quels sont les différents paris auxquels je peux participer ? Comment être certain de déposer mon argent en toute sécurité ? Quelles sont les méthodes qui vont me permettre de gagner ? Quelles sont celles que je dois éviter ? Dois-je accorder toute ma confiance aux pronostics des consultants sportifs ? Quels sont les risques inhérents à une pratique non maîtrisée des paris sportifs ?
Et pour passer de la théorie à la pratique, rien de plus simple, rendez-vous sur ladepeche.fr qui a pour partenaire BetClic et Zeturf.

0 commentaires: