Les lauréats des Prix de la presse européenne 2015

Les lauréats des Prix de la presse européenne, qui récompensent des journalistes de Russie, d'Espagne, de France, de Bosnie, de Roumanie et de Grande Bretagne pour leurs réalisations exceptionnelles, ont été annoncés aujourd'hui.

En plus de distinctions dans les catégories Journalisme, Investigation, Innovation et Éditoriaux, le jury a remis un Prix spécial au Projet de reportage sur le crime organisé et la corruption (OCCRP), fondé par Paul Radu et Drew Sullivan.

Selon le jury, partout où il opère, l'OCCRP est une force au service du bien déterminée et aux motivations admirables. Ses membres ne s'enrichissent pas, mais les sociétés qu'il sert sont plus prospères et saines pour assurer la vigilance que seul un journalisme fidèle à la réalité et indépendant peut apporter.

Les Prix de la presse européenne sont décernés comme suit :

EXCELLENCE EN RÉDACTION

Le jury a largement applaudi le récit perspicace de James Meek de son temps passé avec le chef du Parti de l'indépendance du Royaume-Uni intitulé In Farageland et le conte magistral et palpitant de Michael Obert des dynamiques du réseau de Boko Haram, Inside Boko Haram.

Mais le lauréat est Your Husband Voluntarily Went Underfire par Elena Kostyuchenko, pour le journal Novaya Gazeta, à Moscou, une superbe œuvre d'écriture évocatrice, suivant avec une grande dextérité littéraire les efforts des femmes russes pour retrouver les corps de leurs maris, soldats tués au combat en Ukraine mais ensevelis sous le silence bureaucratique de Russie. Il s'agit aussi d'un reportage individuel de la plus haute qualité, montrant aux lecteurs à quel point le gouvernement de Vladimir Poutine est impliqué dans l'est de l'Ukraine.

JOURNALISME D'INVESTIGATION

Le jury a salué The Middleman de Tom Burgis pour le Financial Times, pour son récit révélateur des activités de Sam Pa en tant qu'intermédiaire de l'influence chinoise en Afrique, et a félicité Stephen Grey et son équipe de Reuters pour leur série sur l'océan de richesses qui entoure le président Poutine.

Mais le gagnant est l'enquête d'Ander Izagirre How to produce dead guerrillas, initialement prévue pour El Pais, à Madrid. Il s'agit d'un récit solitaire et courageux qui montre comment des officiers de l'armée colombienne ont kidnappé et assassiné des garçons civils, les ont habillés avec des uniformes de la guérilla et ont demandé des récompenses pour leurs corps. Le jury a trouvé le travail d'Izagirre fascinant, brillamment organisé et dévastateur sur le plan humain. Il raconte une histoire terrifiante, impossible à oublier.

ÉDITORIALISTE

Le jury a félicité la seconde nomination de Rutger Bregman en deux ans pour sa série sur les inégalités financières, a admiré la fougueuse attaque de Svetoslav Terziev sur la corruption bulgare (qui révèle des noms et ne fait jamais marche arrière dans sa chronique du Sega Daily) et a applaudi la complainte de Maria Louka (VICE) pour les Grecs de sa génération, sans emploi, perspective ni espoir.

Mais le lauréat est la série de chroniques intitulée The cowardice of Nigel Farage de Nick Cohen, mordante, éloquente et dégoûtée, examinant la lâcheté de Nigel Farange, publiée dans The Observer. Il a apprécié le piquant, la rhétorique et la détermination manifeste de Cohen pour atteindre ses objectifs sans détour.

INNOVATION

Cette année, le jury a déclaré que la coopération entre les journalistes au-delà des frontières nationales libère des vagues d'innovation en matière d'ambition journalistique qui commencent à rendre le journalisme réellement international. Il a noté les ondes de choc provoquées par 64 journalistes européens travaillant pour 26 nouvelles organisations différentes, démontrant dans Luxembourg Leaks, comment le Grand-Duché est aussi devenu un paradis fiscal. Il a félicité les efforts de recherche des journalistes de France, du Belarus, de Russie et de Lituanie, suivant The Belarus Network (Le réseau du Belarus), qui distribue de l'argent du cabinet du Président à Minsk jusqu'en Syrie et au Soudan.

Mais le lauréat, soumis par Nicolas Kayser-Bril en France au nom de dix journalistes coopérant dans six pays différents, est The Migrants' Files. Un exercice ambitieux de collecte de données journalistiques, qui a permis de publier les détails sombres de la mort de migrants. Année après année, des bateaux coulent et des camions se renversent, tuant des centaines de migrants pauvres et désespérés, en quête d'une vie meilleure en Europe. Mais, parce que l'ampleur et l'horreur du problème ne sont pas pleinement rapportées, les tragédies se poursuivent. The Migrant Files commence à combler ce vide. C'est un travail laborieux et nécessaire, rempli de détails qui défient notre humanité.

Le jury du Prix de la presse européenne est composé de :

  • Sir Harold Evans, président et envoyé spécial de Reuters, Londres
  • Sylvie Kauffmann, directrice de la rédaction du Monde, Paris
  • Jørgen Ejbøl, ancien directeur de Jyllands-Posten, Copenhague
  • Yevgenia Albats, rédacteur en chef du New Times, Moscou
  • Juan Luis Cebrian, fondateur et rédacteur d'El Pais, Madrid

0 commentaires: