Accéder au contenu principal

Intelligence artificielle : l’expérience client doit rester « humaine »

Par Ricardo Roman, Country Manager France & Belgique chez Infobip À une époque dominée par l'intelligence artificielle et les technologies de pointe, les entreprises cherchent en permanence des moyens d'améliorer leur expérience client. Alors que l'IA s'intègre de plus en plus dans divers secteurs, il est essentiel de trouver un équilibre entre l'exploitation des capacités de l'IA et la préservation de la touche humaine. Adopter une approche "Human-First" dans un monde piloté par l'IA peut être la clé pour révolutionner l'expérience client, construire des relations durables et assurer un succès durable aux entreprises. L'essor de l'IA a inauguré une nouvelle ère de l'expérience client, permettant aux entreprises de personnaliser les interactions, d'automatiser les processus et de fournir des services opportuns et pertinents. Les chatbots, les assistants virtuels et les analyses de données alimentées par l'IA ont considér

Altice rachète Cablevision : l'analyse de l'Idate



La nouvelle acquisition d’Altice aux États-Unis n’est pas une surprise pour l'Idate, l'Institut qui organise chaque année à Montpellier le Digiworld Summit, grand rendez-vous de l'internet, des télécoms et de l'audiovisuel.
"Cette opération s’inscrit en effet dans un contexte où d’un côté, Cablevision était à vendre, et de l’autre, Patrick Drahi avait annoncé le souhait d’aller au-delà de Suddenlink. Une opération qui renforce l’empreinte internationale d’Altice", explique Yves Gassot, Directeur général de l'Idate, qui met en perspective cette opération :


  • Cablevision est une pépite, avec des réseaux centrés sur l’aire métropolitaine de New York et considérés comme performants (près de 1 milliard USD de Capex par an ces dernières années) pour supporter le déploiement d’offres très haut débit.
  • Cablevision (quelque 6 milliards USD de revenus) ne pouvait pas être racheté par Comcast (66 milliards USD) car l’antitrust s’est opposé en début d’année à l’acquisition de Time Warner Cable et se serait probablement opposé à toute autre proposition du leader du câble aux États-Unis; quant à TWC, il est déjà engagé dans l’acquisition de l’ensemble Charter/Brigthouse… la voie était donc assez dégagée pour Altice.
  • Cablevision a néanmoins une faiblesse un peu spécifique : il est sur des sites qui sont plutôt bien couverts par les réseaux FTTH, en particulier ceux de Verizon (FiOS). Alors que ses pairs, notamment Comcast, sont beaucoup moins confrontés à la concurrence des réseaux fibre des opérateurs télécoms.
  • Cablevision, comme les autres câblo-opérateurs, doit faire face aux coûts croissants des programmes TV. C’est d’autant plus vrai que la taille de Cablevision est modeste (3 millions de foyers abonnés et 2.6 millions pour la TV/vidéo).
  • Cablevision, toujours comme les autres câblo-opérateurs, est aussi confronté à un début de changement de consommation de la télévision. Jusqu’alors, il s’agissait de multiplier les chaînes de TV basic et premium. Le patron de Cablevision a été le premier à dire que les câblo-opérateurs devaient se préparer à un changement de business model, qu’il fallait accepter de se monétiser comme une fat pipe. Même si le cord cutting n’est pas massif, si les abonnés à Netflix gardent souvent des abonnements vidéo, le nombre de clients TV des câblo-opérateurs s’effrite. En effet, leur chiffre d’affaires TV ne représente plus aujourd’hui que 50% ou moins de leurs revenus globaux. Les revenus des accès haut débit (et maintenant surtout très haut débit) de Cablevision ont crû de plus de 10% l’année dernière ; on rappellera que HBO, le leader de la PayTV, a lancé son service de streaming (HBO Now) sur deux supports : AppleTV et Cablevision.
  • Cablevision, là aussi comme les autres câblo-opérateurs, mais en étant très en pointe, a investi massivement dans le Wi-Fi (combinant hotspots et homespots) et des offres de services voix et données sur un terminal Motorola pour ses abonnés. Il est probable qu’assez rapidement, les câblo-opérateurs compléteront cette offre à travers un accord avec Sprint ou un autre cellco pour assurer un service mobile low-cost. Enfin, au-delà des perspectives associées au quadruple play, Cablevision pourrait aussi, à l’instar de Comcast, trouver une source de revenus dans les services en direction des entreprises.

Posts les plus consultés de ce blog

Le bipeur des années 80 plus efficace que le smartphone ?

Par André Spicer, professeur en comportement organisationnel à la Cass Business School (City University of London) : Vous vous souvenez des bipeurs ? Ces appareils étaient utilisés largement avant l'arrivée massive des téléphones portables et des SMS. Si vous aviez un bipeur, vous pouviez recevoir des messages simples, mais vous ne pouviez pas répondre. Un des rares endroits où on peut encore en trouver aujourd’hui sont les hôpitaux. Le Service National de Santé au Royaume-Uni (National Health Service) en utilise plus de 130 000. Cela représente environ 10 % du nombre total de bipeurs présents dans le monde. Une récente enquête menée au sein des hôpitaux américains a révélé que malgré la disponibilité de nombreuses solutions de rechange, les bipeurs demeurent le moyen de communication le plus couramment utilisée par les médecins américains. La fin du bipeur dans les hôpitaux britanniques ? Néanmoins, les jours du bipeur dans les hôpitaux britanniques pourraient être compté

Midi-Pyrénées l’eldorado des start-up

Le mouvement était diffus, parfois désorganisé, en tout cas en ordre dispersé et avec une visibilité et une lisibilité insuffisantes. Nombreux sont ceux pourtant qui, depuis plusieurs années maintenant, ont pressenti le développement d’une économie numérique innovante et ambitieuse dans la région. Mais cette année 2014 pourrait bien être la bonne et consacrer Toulouse et sa région comme un eldorado pour les start-up. S’il fallait une preuve de ce décollage, deux actualités récentes viennent de l’apporter. La première est l’arrivée à la tête du conseil de surveillance de la start-up toulousaine Sigfox , spécialisée dans le secteur en plein boom de l’internet des objets, d’Anne Lauvergeon, l’ancien sherpa du Président Mitterrand. Que l’ex-patronne du géant Areva qui aurait pu prétendre à la direction de grandes entreprises bien installées, choisisse de soutenir l’entreprise prometteuse de Ludovic Le Moan , en dit long sur le changement d’état d’esprit des élites économiques du pay

La fin des cookies tiers ne répond pas au besoin de contrôle des internautes sur leurs données

Pour le moment, la plupart des solutions alternatives aux cookies privilégient l’objectif commercial aux dépens des attentes des internautes. Piqsels , CC BY-SA Par  Carlos Raúl Sánchez Sánchez , Montpellier Business School – UGEI ; Audrey Portes , Montpellier Business School – UGEI et Steffie Gallin , Montpellier Business School – UGEI Les révélations du Wall Street Journal contenues dans les « Facebook Files » , publiés en septembre dernier, ont une nouvelle fois montré que les utilisateurs s’exposaient à des risques liés à la divulgation des informations personnelles. Les réseaux sociaux ne sont pas les seuls en cause : les nombreux data breach (incidents de sécurité en termes de données confidentielles) rendus publics, illustrent régulièrement la vulnérabilité des individus face à une navigation quotidienne sur les moteurs de recherche, sites de e-commerce et autres ayant recours à des « cookies tiers » , ces fichiers de données envoyés par

ChatGPT et cybersécurité : quels risques pour les entreprises ?

Analyse de Proofpoint Les plateformes de génération de texte tel que ChatGPT permettent de créer du contenu de qualité, instantanément, gratuitement, et sur n’importe quel sujet. Comme le confirme le lancement de Bard par Google, nous sommes désormais entrés dans une course à l’IA, ou chaque géant du web cherche à posséder la meilleure solution possible. Si l’avancée technologique est majeure, le risque notamment pour la cybersécurité des entreprises est indéniable. Comment lutter contre des campagnes de phishing de plus en plus ciblées et sophistiquées, maintenant alimentées par des technologies capables de parfaire encore plus la forme et la teneur d’un email malveillant ? En quelques mots, ChatGPT offre une ingénierie sociale très performante, mais une automatisation encore limitée. Concernant la détection de la menace par rançongiciels, comme l’explique Loïc Guézo, Directeur de la stratégie Cybersécurité chez Proofpoint, « Bien que les chatbots puissent générer du texte pour le cor

Les quatre évolutions de la cybercriminalité en 2023

Par Mathieu Mondino, Presales Manager chez OpenText Cybersecurity Une nouvelle année apporte son lot d’opportunités que les cybercriminels sont prêts à saisir. L'année dernière, l'activité cybercriminelle a connu une évolution majeure, les cybercriminels s'efforcent de tirer parti des tensions géopolitiques et des difficultés économiques dues à l'inflation et à la récession. En 2023, l'incertitude économique continue de peser lourdement sur les entreprises, en particulier sur les petites et moyennes entreprises qui ne disposent pas toujours des budgets et des ressources nécessaires pour se prémunir des attaques. Si l'on ajoute à cela les pressions macroéconomiques, une cybersécurité efficace et abordable semblera presque impossible pour de nombreuses PME. Les acteurs malveillants continuent à faire évoluer leurs tactiques en cherchant à exploiter de nouveaux vecteurs d’attaques. En 2022, le phishing est resté la menace dominante à laquelle sont confrontés partic

Décryptage de l'attaque par ransomware du Centre Hospitalier de Versailles

  Par Cassie Leroux, Directrice Produit chez Mailinblack Après l’hôpital de Corbeilles Essonnes, c’est au tour de l'établissement hospitalier de Versailles, situé au Chesnay-Rocquencourt (Yvelines), d’être visé depuis samedi soir par une cyberattaque. Comment s’est-elle déroulée, quelles conséquences pour ses patients, et aurait-elle pû être évitée ? Décryptage de Cassie Leroux, Directrice Produit chez Mailinblack. Que savons-nous de cette attaque ? Cette cyberattaque vise l’ensemble de l'établissement, dont l'hôpital André-Mignot, la maison de retraite Despagne et l'hôpital Richaud à Versailles. L’hôpital continue de fonctionner, mais au ralenti ce lundi, ce qui perturbe sérieusement son activité. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour tentative d'extorsion.  Cette cyberattaque est de type Ransomware, un logiciel malveillant qui bloque l’accès à aux outils informatiques et aux données en les chiffrant. Dans ce type d’attaque, le hacker demande g